Education

France urbaine s’engage aux côtés de ses adhérents pour davantage de décentralisation de l’éducation nationale et permettre aux partenaires de l’école de participer de manière reconnue à la prise en charge des enfants de leur territoire. Elle participe au processus de numérisation des écoles, et au changement des pratiques de manière à ce que l’outil numérique prenne toute sa place tant dans la relation entre les collectivités, l’éducation nationale et ses partenaires, que dans la formation des enfants (usages pédagogique, communicationnel, organisationnel). Elle s’intéresse au développement de l’accueil de la petite enfance (scolarisation des moins de 3 ans et financement des crèches), notamment dans les zones défavorisées, pour renforcer la socialisation et développer les dispositifs de lutte contre le décrochage.

 

Ci-dessous les dernières notes d'actualité sur le sujet :

 

 

La commission éducation de France urbaine s’est à nouveau rassemblée le 16 mai 2018, pour évoquer deux points particulièrement délicats en cette fin d’année : la gestion de la restauration collective et les nombreuses problématiques qui l’accompagnent, et la préparation de la rentrée 2018 dans la perspective du renouvellement de la convention d’objectif et de gestion (COG) de la Caisse nationale des affaires familiales (CNAF).

dans 

La commission Education de France urbaine s’est à nouveau rassemblée le 16 mai 2018, pour évoquer deux points particulièrement délicats en cette fin d’année : la gestion de la restauration collective et les nombreuses problématiques qui l’accompagnent, et la préparation de la rentrée 2018 dans la perspective du renouvellement de la convention d’objectif et de gestion (COG) de la Caisse nationale des affaires familiales (CNAF).

Présent autour d’une table ronde réunie pour tenter de faire émerger une cohérence de la politique de l’éducation artistique et culturelle (EAC) tant dans les objectifs fixés que dans sa gouvernance, l’Etat était représenté dans ses deux déclinaisons éducative et culturelle, respectivement par Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, et Isabelle Chardonnier, cheffe du département de l’action territoriale du Ministère de la culture.

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, président de Clermont Auvergne Métropole et coprésident de la commission culture de France urbaine, représentait avec Arnaud Robinet, maire de Reims, et Anne Brugnera,

dans 

La commission Education de France urbaine a reçu le 28 mars 2018 Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, pour évoquer la stratégie que lui a confiée le Président de la République afin de lutter contre la pauvreté en France. Le président avait précisé à Olivier Noblecourt qu’il n’attendait pas de lui une rupture avec le plan précédent, mais plutôt une inflexion vers les enfants et les jeunes, dont le taux de pauvreté est directement lié à l’âge et au niveau de qualification, et vers les dépenses préventives plutôt que curatives.

Ouvertes en grandes pompes au Conservatoire National des Arts et Métiers par Emmanuel Macron, les assises de la maternelle ont été l’occasion pour le Président de la République de faire une nouvelle annonce dans le champ de la petite enfance : l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire de six à trois ans.

Attendue par les nombreux participants, cette annonce a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les chercheurs et praticiens de la petite enfance présents dans la salle puisque les études convergent pour montrer que la stimulation cognitive précoce, entre 0 et 5 ans, favorise la réussite scolaire, le niveau d’études et l’insertion professionnelle.