sport

La région Ile-de-France organisait, le 30 novembre dernier, dans l’hémicycle Simone Veil, un colloque sur les liens entre pratiques sportives et radicalisation. Lors de cette rencontre, le chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), Loïc Garnier a indiqué que plus de 800 individus fichés pour radicalisation fréquentaient en France des clubs sportifs. Parmi eux, 27% manifestent sans ambiguité leur soutien à des causes djihadistes, en faisant l'apologie du terrorisme, en développant des incitations à des projets terroristes ou du soutien idéologique et logistique à des terroristes.

Parmi ces personnes signalées, 94% sont des hommes. D'un point de vue géographique, 18% des radicalisés dits "sportifs" en France se trouvent en Ile-de-France. "Si la majorité des personnes fichées pour radicalisation ne sont pas dans des clubs, en revanche une grande majorité de ceux qui sont passés à l'acte et ont commis des attentats en France - comme Mohamed Merah, les frères Kouachi ou Amedy Coulibaly - et en Europe ont été licenciés sportifs", a souligné Patrick Karam, vice-président de la région.

En 2015, un rapport émanant du service central du renseignement territorial, intitulé Le sport amateur vecteur de communautarisme et de radicalité pointait déjà les dérives sectaires et communautaires au sein des clubs. Parmi les disciplines particulièrement surveillées figurent le rugby à XIII, le basket-ball, les arts martiaux, les sports de combat (boxe, muay thaï, kickboxing), la musculation, le tir, le football ainsi que d'autres sports non encadrés par des fédérations comme le paintball, l'airsoft ou le combat libre.

Mercredi 9 novembre, France urbaine a participé aux échanges de la commission Sport de l’association Régions de France, commission présidée par Jean-Paul Omeyer, conseiller régional du Grand Est, en présence de l’Association nationale des élus en charge du sport (ANDES), représentée par Frédéric Alliot, adjoint au maire chargé des sports à Saint-Quentin (Aisne).

Le Centre de droit et d’économie du sport (CDES) de l’université de Limoges organise du 20 au 22 avril 2016, « Les défis du sport ». Il s’agit d’un événement de dimension nationale et internationale, avec le parrainage du secrétariat d’Etat chargé des Sports, du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), de l’Association nationale des ligues de sport professionnel et en collaboration avec l’Association des managers généraux de clubs sportifs professionnels diplômés du CDES, « MG Sport Pro », qui regroupera dans ce cadre plusieurs dizaines de grands champions , tels que Laurent Blanc, Eric Carrière, Fabien Pelous, Marc Lièvremont, Aymeric Jeanneau, Bruno Martini, Philippe Blain…

En 2012, Strasbourg a été la première ville française à lancer un dispositif innovant de prescription du sport sur ordonnance.

La une

  • Elections municipales des 23 et 30 mars - Le premier tour dans les grandes villes

Focus

  • Sport : pour une vision commune des collectivités territoriales