MONTREUIL RENFORCE SA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Montreuil vient en aide aux femmes et enfants victimes de violences familiales en ouvrant de nouveaux logements passerelles de mise à l’abri.

csm_logements-passerelles-510_d578e09a89

Ce mercredi 16 novembre, Patrice Bessac, maire de Montreuil et président de l’EPT Est Ensemble a signé avec Florent Guéguen, président de l’OPHM et Gérard Barbier, délégué général de l’association La Main Tendue, une convention tripartite organisant la mise à dispositions de trois grands nouveaux logements d’hébergement d’urgence et le déploiement d’un dispositif d’accompagnement social pour les femmes et enfants de Montreuil victimes de violences familiales.

Avec l'ouverture de ces premiers logements passerelles, Montreuil franchit une étape cruciale dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales et aux enfants victimes de violences intrafamiliales était un engagement que nous avions pris. Avec la mise à disposition de ces logements nous permettons une mise à l'abri immédiate et contribuons ainsi à offrir à ces femmes un endroit où se reconstruire physiquement et psychologiquement pour poursuivre une vie plus digne, dans de bonnes dispositions. C'est une première étape franchie qui se poursuivra pour atteindre 10 logements passerelles d'ici la fin du mandat. Mettre en place des solutions pratiques, rapides et sûres est un axe fort et ambitieux de la politique de solidarité et de lutte de la municipalité de Montreuil contre les violences faites aux femmes.

Patrice Bessac
Maire de Montreuil

La création de trois nouveaux « logements passerelles » offrent aux femmes sous pression et emprise psychologiques, victimes de harcèlement moral ou de violences physiques un refuge temporaire leur permettant de s’extirper rapidement de leur milieu familial sans pour autant devoir se retrouver à la rue.

L’orientation des personnes se fera par La Main Tendue mais aussi par le SIAO (Service Intégré de l’Accueil et de l’Orientation) et le 115, deux organismes gérés par Interlogement 93.
À la demande de la Ville de Montreuil, l’Office Public de l’Habitat Montreuillois met à disposition de La Main Tendue des appartements de son parc social pour y accueillir ces femmes et enfants, sans réclamer d’indemnité d’occupation autre que les charges collectives. Ces femmes et enfants seront accompagnés, suivis, guidés dans leurs démarches par La Main Tendue, partenaire des actions de solidarités et d’entraide de la Ville de Montreuil. La Main Tendue qui gère déjà depuis plusieurs années un centre d’hébergement d’urgence à Montreuil a effectué dans ses trois premiers appartements des travaux de rénovation.

Cette convention décline l’engagement continue et déterminée de la Ville de Montreuil, signataire de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale qui met en œuvre un plan d’actions, d’aide et de soutien aux associations, organismes et institutions qui agissent en faveur des droits des femmes et mènent la lutte contre les violences faites aux femmes.
D’autres dispositifs de mise à l’abri d’urgence existent à Montreuil. Les besoins sont si important qu’ils restent toujours insuffisants et parfois trop ponctuels. La Ville prend ainsi en charge des nuitées hôtelières pour les femmes victimes de violences afin de répondre aux situations d’urgences et encourager au dépôt de plainte.

Montreuil a aussi adhéré au dispositif « Un toit pour elle », porté par l’Observatoire départemental contre les violences envers les femmes et les associations l’Amicale du Nid 93 et SOS femmes 93. Cette autre convention permet la mise à disposition par la Ville de logements sociaux pris sur son contingent, afin de permettre l’accès à un logement pérenne aux femmes victimes de violences du département et de faciliter leur sortie des centres d’hébergements où elles ont trouvé refuge pour des raisons de sécurité, loin de leur ville de résidence initiale.

Il existe également à Montreuil des permanences hebdomadaires d’information et d’accompagnement des Femmes Victimes de Violences organisées par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes du 93 (information juridique, évaluation des situations particulières, accompagnement spécifique, orientation auprès de partenaires, etc.).

Des initiatives et actions concrètes sont par ailleurs organisées avec les Centres municipaux de Santé, la Maison des Femmes Thérèse-Clerc de Montreuil (premier partenaire de la Ville) et le tissu associatif pour : apporter de l’aide aux femmes confrontées à ces situations intolérables ; aider les femmes à faire respecter leurs droits ; trouver des solutions d’accompagnement individualisé ; sensibiliser le plus grand nombre à la réalité de situations vécues.

Montreuil fait aussi vivre le Réseau local de lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles et pour faire face à la complexité des situations, a mis en place une « Cellule de coordination administrative des réponses faites aux femmes victimes de violences ». Ce réseau rassemble près de 90 professionnel.le.s du territoire. Les professionnel.le.s qui participent au réseau appartiennent à des secteurs d’activité très différents mais complémentaires : Services municipaux (solidarités, logement, tranquillité publique, santé, insertion, intégration, petite enfance, éducation, etc.) / Commissariat de police / Associations spécialisées (Maison des femmes Thérèse Clerc, SOS femmes 93, CIDFF 93, Institut de victimologie, CIMADE, etc.) / Associations de proximité (LEA, Rues et Cités, Femmes solidaires, La Main Tendue, etc.) / Service social départemental / Service social scolaire (collèges et lycées) / Observatoire départemental des violences envers les femmes / Centre hospitalier intercommunal André Grégoire / Protection Maternelle et Infantile (PMI et réseau NEF), etc.

Montreuil a également accompagné la création d’une Cellule d’écoute du Commissariat de Police de Montreuil.

Parce que parallèlement à la procédure judiciaire, une victime a bien souvent besoin d’un accompagnement psychosocial qui lui aussi, va l’aider à se reconstruire, une cellule d’écoute a été placée au cœur de l’institution policière.

Au commissariat de police est présente une intervenante sociale. Elle permet de prendre en compte des dossiers très rapidement. La confidentialité des dépôts de plainte a été améliorée depuis un an grâce à l’aménagement de panneaux de séparation entre les bureaux. Dès la guérite et à l’accueil, un « tableau accueil confidentialité » permet à la personne de signaler discrètement le motif général de sa venue sans avoir à l’énoncer tout haut. Tous les plaintiers suivent une formation spécifique « accueil des violences conjugales », ainsi que les 11 agents de la BLPF (Brigade locale de protection de la famille) qui traitent les plaintes. Le commissariat a développé un partenariat avec la Maison des Femmes et la Collective des mères isolées pour être plus à l’écoute des éventuels dysfonctionnements mais aussi en vue signalements urgents. Le projet de prendre des plaintes à la Maison des Femmes et au Centre administratif de la Ville de Montreuil est à l’étude comme cela existe déjà à l’hôpital André-Grégoire.

Contacts presse :

  • Cabinet du Maire de Montreuil / Kevin Beysson, attaché de presse de Patrice Bessac / 06 23 74 19 94 / kevin.beysson@montreuil.fr
  • Ville de Montreuil / Jean Tilloy, attaché de presse de la Ville de Montreuil / 06.63.12.85.10 / 06.30.71.80.07 / 01.48.70.60.38 – jean.tilloy@montreuil.fr
  • Association La Main Tendue / Gérard Barbier, délégué général / 06 32 34 38 60 / barbier.gerad@abri-groupe.org
  • Office Public de l’Habitat Montreuillois (OPHM) / Dorothée LATTEUR, chargée de Communication / 01 49 20 36 80 / dlatteur@ophmontreuillois.fr
Skip to content