LA MÉTROPOLE AIX-MARSEILLE-PROVENCE FAVORISE L’ACCÈS À L’EAU POTABLE PARTOUT DANS LE MONDE

capture_decran_2023-04-19_141357

Le jeudi 30 mars 2023, au siège de la Métropole, au Pharo, a été inaugurée une exposition photographique baptisée « Veine de vie ». Ce reportage témoigne du travail accompli par l’association humanitaire eauSoleil-PACA pour installer un réseau d’eau potable dans un village de brousse à Madagascar. Une des nombreuses initiatives soutenues par la Métropole, dans le cadre d’un programme de solidarité et de coopération internationale pour l’eau et l’assainissement dans les pays en développement.

« Nous sommes particulièrement fiers d’apporter la contribution de la Métropole à des porteurs de projets qui ont du sens. L’eau est une ressource rare pour une trop grande partie de la population mondiale », a déclaré, en introduction de cette soirée, placée sous le signe de la solidarité internationale pour un accès à l’eau potable pour tous, Roland Giberti, vice-président délégué à l’Eau, à l’Assainissement et au Pluvial.

Le reportage photo, « Veine de vie », de Hugues Charrier, visible jusqu’au 30 mai au siège de la Métropole, au Pharo, permet, en effet, de prendre conscience à quel point, partout dans le monde, l’eau représente un enjeu crucial et vital. La soirée a également été l’occasion de découvrir comment le projet porté par eauSoleil-PACA, et soutenu notamment par la Métropole, est très concrètement venu en aide aux habitants d’Ampohibé.

Articuler les échelles internationales et locales

Dans la continuité de l’inauguration de l’exposition photo, une table ronde, intitulée « Gestion de l’eau et responsabilité sociétale : comment ne pas tarir, pour demain, l’eau d’aujourd’hui ? », a permis d’élargir les débats. Car l’eau est un bien commun pour toute l’humanité, sa pénurie concerne tout le monde. Et, avec le dérèglement climatique, comme l’a démontré l’été caniculaire 2022, personne n’est à l’abri des risques de sécheresses. La Métropole a d’ailleurs anticipé : elle agit depuis plusieurs années pour prévenir les risques de pénurie et de pollution, tant en amont au niveau du transport de l’eau brute, qu’en aval du traitement sur la distribution de l’eau potable.

Favoriser l’hygiène, lutter contre les maladies et sensibiliser aux énergies renouvelables
Appareil photo à la main, Hugues Charrier a accompagné eauSoleil-PACA dans son périple, au nord-est de Madagascar, dans le village d’Ampohibé. C’est ici que l’association humanitaire a réalisé un réseau d’eau par pompage solaire. Cette action a été financée à hauteur de 60 % de l’enveloppe totale par la Métropole, dans le cadre d’un appel à projets pour la mise en œuvre d’un programme de solidarité et de coopération internationale pour l’eau et l’assainissement. Chaque année, depuis 2016, dans le cadre de la loi Oudin-Santini (lire encadré ci-dessous), Aix-Marseille-Provence accompagne ainsi des associations qui agissent pour l’accès à l’eau potable, l’amélioration de l’assainissement et de la sécurité sanitaire des populations en situation de stress hydrique.

Solidarité humaine

Madagascar fait partie de ces pays d’Afrique où l’accès à cette ressource a des conséquences sur la vie et la santé, particulièrement cruciales. Bien évidemment, Hugues Charrier montre la mise en œuvre du réseau d’eau dans le village d’Ampohibé. Ses images documentent la réalisation du forage et du système de pompage solaire, mais aussi la construction d’un château d’eau de 60 m3 raccordé à un réseau de distribution desservant huit bornes fontaines, deux lavoirs… Il est également possible de découvrir que, dans le cadre de « chantiers-écoles », des dizaines d’élèves des lycées techniques et professionnels à Sambava (Madagascar) et du lycée René Caillié, dans le 11e arrondissement de Marseille, ont participé concrètement à l’aboutissement du projet.

La dimension humaine est d’ailleurs primordiale. Surtout quand l’exposition rend compte de l’évolution des conditions de vie des populations concernées. Le système qui, aujourd’hui, alimente les bornes fontaines et lavoirs d’Ampohibé est autogéré par les villageois. Avec un véritable effet bénéfique sur la santé et une nette diminution des maladies, notamment infantiles.

Garantir la qualité de l’eau potable

La Métropole soutient ces projets de coopération internationale, dans le cadre de ses compétences Eau et Assainissement. Au quotidien et à l’échelle du territoire, Aix-Marseille-Provence protège la ressource et délivre, au robinet des usagers, une eau propre à la consommation. Sur le même principe, les eaux usées, avant d’être rejetées dans la nature, les rivières, les fleuves et finalement la mer, sont dépolluées dans des stations d’épuration gérées par la Métropole.

Depuis plusieurs années, l’institution anticipe pour assurer, même en période de crise, la sécurité d’approvisionnement et garantir la qualité de l’eau potable. De plus, la Métropole a adopté une stratégie de transition écologique et de développement durable. Ces enjeux sont intégrés, dès les étapes de conception, dans les différents contrats (études, travaux, exploitation) et partenariats.

Crédit photo – Hughes Charrier

Skip to content