Share

Rapport d'activité

04/03/2020

Rapport d'activité 2019 - La "République des territoires" à portée de main

Ce rapport d’activité revient sur la quatrième année d’histoire de notre association et procure une saveur particulière. Il marque à la fois la fin d’un cycle, effectif après les élections municipales et intercommunales de mars prochain, et inaugure le début d’un nouveau.
 
Cette fin de cycle dont je fais mention n’est en rien un appel à la nostalgie mais bien l’occasion de nous féliciter du travail accompli ensemble, pour faire entendre la voix des territoires urbains et légitimer France urbaine dans le concert des associations d’élus et dans le débat national. En moins de cinq ans, France urbaine est devenue un acteur incontournable de la vie politique, du Gouvernement, du Parlement comme des collectivités territoriales.
 
Les succès politiques et les motifs de satisfaction sont nombreux depuis 2016, année de naissance de l’association : la création à notre demande d’une Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation à l’Assemblée nationale, la signature du Pacte Etat-métropoles mais aussi du Pacte de Dijon et des Contrats de Cahors, dont le bilan à l’heure actuelle est un moindre mal. L’année 2019 n’a pas dérogé à la règle : plus de 150 réunions mobilisant plus de 1000 élus et techniciens se sont tenues durant l’année. C'est aussi une quinzaine de nouvelles publications, plusieurs dizaines d’amendements déposés, défendus et adoptés au Parlement et plus de 2000 articles de presse citant l’association et ses prises de position.
 
Au-delà des chiffres chaque année plus éloquents, c’est un contexte particulier qui a marqué l’année écoulée : alors que les élus urbains avaient alerté depuis plusieurs années de la tension sociale qui régnait dans le pays, le mouvement des « Gilets Jaunes » a permis de mettre en exergue la volonté des Français de débattre et participer de façon plus directe à la recherche de solutions à la fracture sociale et territoriale. France urbaine a pris part à ce moment historique en faisant des propositions pragmatiques, issues du terrain, répondant aux préoccupations et aux aspirations des citoyens et ce, sur l’ensemble des sujets sur lesquels elle est engagée. Notons aussi les avancées réelles obtenues grâce à la mobilisation de tous. D’abord, sur le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) où France urbaine a joué un rôle de premier plan dans la réflexion collective menée sur la mobilité urbaine de demain et qui a consacré l’exigence citoyenne de se déplacer, de rompre les facteurs d’isolement et de proposer une alternative à l’autosolisme. Des avancées aussi dans le projet de loi « Engagement et proximité » pour faciliter le travail des élus et des collectivités et dans le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire avec l’inscription dans la loi de la réduction de la production du plastique, dont France urbaine a été la première association d’élus à en émettre le souhait.
 
Les élections municipales et intercommunales de mars 2020, scrutins de la proximité par excellence, feront émerger de nouvelles idées, de nouveaux visages, d’autres plus connus, mais chaque jour davantage attachés aux valeurs de la République et de l’Alliance des territoires, au sein de la grande famille qu’est France urbaine. Les échéances à venir sont nombreuses pour les élus locaux et les territoires : le projet de loi « Décentralisation, différenciation et déconcentration » dit « 3D », porté par le Gouvernement, sera notamment une formidable opportunité pour clarifier les compétences entre les collectivités locales et les EPCI. Les élus urbains ne demandent pas de nouvelles compétences ou un énième big bang territorial. Ils souhaitent une véritable autonomie d’action et de décision sur les compétences qu’ils assument déjà au quotidien !

La cohérence et la responsabilité nous sont chevillées au corps : nous prônons l’action « du local au national », sans attendre les injonctions de l’Etat. Ce sont ces méthodes qui doivent nous inspirer et s’imposer à l’avenir dans un dialogue permanent et que nous défendrons encore et toujours, en proposant assidûment, même dans la critique ou l’opposition. C’est en cela que nous continuerons d’être crédible, que notre voix porte et portera dans le débat public, que notre engagement pour l’Alliance des territoires et la décentralisation sera chaque jour plus vivant que jamais pour une véritable « République des territoires ».
 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.