Share
Mobilités

Zones à Faibles Emissions : les groupes de travail sont lancés, Edouard Manini nommé coordinateur national

14/01/2023

La première réunion du groupe de travail « Acceptabilité sociale des ZFE » s’est tenue le 12 janvier 2023.

Lors du premier comité ministériel sur les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) qui s’est tenu le 25 octobre 2022, le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, a annoncé la nomination prochaine d’un coordinateur national et la création, aux côtés de France urbaine, de deux groupes de travail « Acceptabilité sociale et territoriale des ZFE » et « Cohérences des dispositifs concernant la logistique ». Point d'avancée.

Edouard Manini nommé coordinateur national

Au cours de la réunion de lancement des deux groupes de travail « Acceptabilité sociale et territoriale des ZFE » et « cohérences des dispositifs concernant la logistique » qui s’est tenue le 12 janvier 2023, le Ministre a annoncé la nomination d’Edouard Manini comme coordinateur national des Zones à Faibles Emissions. II prendra ses fonctions « avant la fin janvier 2023 et travaillera avec l’ensemble des services de l’Etat afin de faciliter la mise en œuvre des ZFE-m ».
Placé auprès de la direction générale de l’énergie et du climat, Edouard Manini sera l’interlocuteur privilégié des parties prenantes, et en particulier des collectivités locales, sur le déploiement des ZFE-m. Architecte-urbaniste en chef de l'Etat, il a travaillé en services déconcentrés et en collectivités, où il a piloté de nombreuses politiques publiques. Il a également été conseiller auprès du maire et du président d’une métropole en charge notamment de ces sujets.

Les groupes de travail sont lancés

Coordonnés par plusieurs représentants des acteurs concernés, dont Jean-Luc Moudenc, 1er Vice-président de France urbaine, Maire de Toulouse et, président de Toulouse Métropole, et Anne-Marie Jean, Vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, ces groupes de travail réunissent des représentants des collectivités territoriales, des associations, des entreprises et des artisans, des acteurs du transport routier et de l’Etat. Ils permettront de faciliter les échanges entre l'Etat, responsable du cadre national, les collectivités territoriales, qui mettent en œuvre les ZFE et en définissent les règles, ainsi que les usagers.

Lors de cette première réunion, a été présentée la répartition des 150 millions d’euros du fonds vert qui aideront, par exemple, les collectivités à financer des parkings relais, des panneaux de signalisation ou l’achat de dispositifs de contrôle disponibles à la fin de l'année 2024. Les agglomérations qui dépassent les seuils de pollution (Paris, Lyon, Marseille et Rouen à ce stade) toucheront 15 millions d’euros. Celles qui ont mis en place des ZFE obtiendront 6 millions d'euros. Et celles dont l'instauration de ces zones ne représentent encore qu'un projet se verront attribuer une somme d'un million d'euros.

Ces groupes de travail se réuniront une fois par mois, en alternance.