Share
Europe et international

Ukraine : A France urbaine, la mobilisation s’intensifie

09/03/2022

France urbaine s’est mobilisée dès les premiers jours de la guerre pour venir en soutien aux populations et villes ukrainiennes. L’association a participé à deux réunions ces derniers jours.

France urbaine s’est mobilisée dès les premiers jours de la guerre pour venir en soutien aux populations et villes ukrainiennes suite à l’invasion russe. L’association a participé à deux réunions ces derniers jours : l’une, le 4 mars dernier au ministère de l’Intérieur, sur le thème de l’accueil des réfugiés ukrainiens sur le territoire français ; l’autre, le 8 mars, sur la solidarité européenne, sous l’autorité de Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.
 

Accueil des réfugiés ukrainiens : France urbaine appelle à la coordination des actions

Lors de la réunion du 4 mars place Beauvau organisée par Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en présence des ministres Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, France urbaine, représentée par Jean-Luc Moudenc, 1er Vice-président de l’association, Maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, a fait remonter les questions et les initiatives prises par les membres de France urbaine.

De nombreuses initiatives sont prises par les institutions, les ONG, les associations et les citoyens en signe de solidarité envers les populations en Ukraine et celles fuyant le pays. Les villes et leurs intercommunalités sont au cœur de la bonne coordination de ces initiatives, en relation avec les autres collectivités territoriales et l’Etat. Pour France urbaine, il est nécessaire, sans les décourager, de canaliser les initiatives locales, notamment celles - par ailleurs généreuses - émanant de particuliers, d’éviter les décisions et les actions non coordonnées pour assurer l’efficacité. Se dégagent deux aspects : d’une part, celui de l’accueil sur le territoire français de réfugiés ukrainiens et, d’autre part, celui, de l’aide à ceux qui, sur d’autres territoires, ont besoin de la solidarité française et européenne. La gouvernance Etat-collectivités passe systématiquement par les préfectures de département, avec les remontées assurées par l’ensemble des territoires auprès d’elles. Contrairement à d’autres conflits - en Syrie en 2015-2016 ou en Afghanistan en septembre dernier par exemple - le partenariat entre le niveau central et les collectivités est au rendez-vous, avec un esprit d’unité nationale marqué à saluer.

La solidarité européenne s’organise

Lors d’une réunion organisée le 8 mars 2022 avec les associations nationales d’élus locaux, le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a appelé à travailler en « équipe France » pour faire face à ce conflit. Benoit Pilet, Adjoint au Maire d’Angers, Vice-président d’Angers Loire Métropole et Vice-président de la commission « Europe » de France urbaine y a représenté l’association.
Si l’on estime à 2 millions de réfugiés actuellement sur la route de l’exode, la situation risque de s’aggraver dans les prochains jours, du fait de la logique de siège qui se met en place autour des villes stratégiques en Ukraine. En France, on décompte actuellement 5000 personnes déplacées recensées. On dénombre actuellement 10 000 places disponibles d’hébergement dont 3 700 via les collectivités territoriales. Il y a donc, pour le moment, plus d’offres que de demandes. Il a toutefois été rappelé que nous ne sommes qu’au début d’un conflit qui risque de s’inscrire dans la durée. Il faudra de fait discuter au sein de l’Union européenne sur la gestion de l’ensemble des flux, car certains petits pays limitrophes risqueront d’être submergés prochainement.
Avec la mise en œuvre de la directive européenne offrant la protection temporaire aux personnes déplacées, les ukrainiens peuvent itinérer dans toute l’Europe : ils ont droit à un titre de séjour de 6 mois (renouvelable pour une durée pouvant aller jusqu’à 2 ans), à une allocation, à scolariser les enfants, à accéder au travail, faire venir ou rejoindre un membre de leur famille dans un autre Etat-membre de l’Union européenne. Ce sont là des droits similaires à ceux du statut de réfugié. Pour avoir cette protection temporaire et les droits y attenant, les personnes déplacées en provenance d’Ukraine doivent se rendre en préfecture. La démarche a été facilitée avec une simple présentation de la carte identité ou du passeport. Sur ce dernier point, certaines associations ont demandé que soit considérée la possibilité de faire ces démarches en sous-préfecture.

Le Fonds d’action extérieure des collectivités territoriales activé

Alors que la solidarité des territoires et des citoyens a été saluée, il a été noté un afflux de dons spécialisés comme des aliments, ce qui peut rendre les choses difficiles sur le plan organisationnel. D’où l’importance d’une bonne organisation et coordination collective. La contribution numéraire est à privilégier aux dons en nature. L’activation du Fonds d’action extérieure des collectivités territoriales (Faceco) permet ainsi de fédérer les contributions des collectivités et d’assurer la traçabilité de ce qui sera financé. Le Faceco est géré par les agents du centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, qui travaillent avec des spécialistes de l’aide humanitaire, avec les organisations internationales, les ONG et les associations françaises.
A cette heure, suite à la mobilisation d’une dizaine de régions et d’une douzaine de villes, on estime les contributions au Faceco à 1,5 millions d’euros, qui serviront aux achats de première nécessité et dans le domaine médical. Une attention particulière doit être portée aux initiatives individuelles, il est ainsi préconisé de dissuader ceux qui veulent partir en Ukraine.

Une nouvelle réunion se tiendra dans un mois pour faire un point de coordination avec les associations d’élus.

Une réunion de travail le 5 avril

Le sujet de l’Ukraine et de la solidarité avec les territoires et le peuple ukrainiens se placent au cœur des travaux des commissions « Europe » et « Solidarités » de France urbaine, qui se réuniront le 5 avril prochain, de 14h30 à 16h30. L’objectif principal de cette réunion de travail sera d’informer les membres de France urbaine, notamment sur les dispositifs et les outils financiers existants et à venir - nationaux comme européens - mobilisables par les collectivités territoriales et leurs groupements pour soutenir les populations réfugiées d’Ukraine. 

Le réseau France urbaine peut constituer un appui et une aide à la décision pour ses membres dans la gestion de cette crise, notamment sur le volet opérationnel avec l’accueil des réfugiés (logistique, hébergement d'urgence, logement social, accès aux soins…). Le réseau pourra également permettre d’appuyer les membres de France urbaine qui ont des partenariats, des coopérations ou des jumelages avec des villes ukrainiennes, ou bien des villes des pays frontaliers de l’Ukraine. Les collectivités membres de France urbaine pourraient ainsi être de précieux relais pour se coordonner avec les autres villes membres du réseau qui souhaitent agir pour avoir des points de contact avec les acteurs de gestion de la crise et de soutien aux populations en Ukraine.

 
Si votre collectivité ou intercommunalité souhaite soutenir l’Ukraine au travers de dons matériels ou financier, nous vous invitons à vous rapprocher du Centre de Crise et de Soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. L’adresse est la suivante : humanitaire.crise-ukraine@diplomatie.gouv.fr. Cette adresse est ouverte aux collectivités et aux entreprises qui souhaiteraient se mobiliser.