Share
3 questions à...

Thierry Beaudet : « Nous allons devoir cultiver notre sens du dialogue et du futur »

19/10/2021

Thierry Beaudet, Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

FRANCE URBAINE : Vous avez été élu à la présidence du CESE en mai dernier. Quelle est votre feuille de route pour les cinq ans à venir ?
 
Thierry BEAUDET : Je souhaite présider cette assemblée comme j’ai construit ma candidature, en veillant à ce que tous les membres du CESE, dans toute la diversité de leurs appartenances, soient pleinement associés à nos débats et à nos décisions. Pendant les cinq années à venir, le CESE se devra de répondre plus que jamais à sa mission de conseil. Cela dépendra avant tout de notre capacité à mettre en œuvre et préserver les conditions d’un dialogue exigeant, confiant et serein entre l’ensemble des acteurs de notre société. La coopération entre toutes nos sensibilités est la condition d’un futur plus durable et plus responsable, et nous devons travailler dans une logique d’inclusion constructive. En effet, alors qu’arrivent des échéances politiques importantes où les oppositions seront exacerbées, notre assemblée se devra d’être le lieu du dépassement des divergences qui semblent souvent inconciliables.
La période qui s’ouvre nous impose des réparations et des transformations. Pour cela, nous allons devoir cultiver notre sens du dialogue et notre sens du futur. Je souhaite que les cinq années de ma mandature soient placées sous le signe de l’utilité et de l’efficacité pour construire notre avenir. Nous devons pour ce faire nous rassembler autour des vrais enjeux pour pouvoir aider à bâtir une République française riche de ses différences, forte, moderne, inclusive et apaisée.
 

« La période qui s’ouvre nous impose des réparations et des transformations. » Thierry Beaudet

La crise sanitaire bouleverse notre pays et le monde depuis presque deux ans. Quels sont, selon vous, les principaux enjeux du « monde d’après » ?
 
T.B : La crise pandémique a sans conteste soulevé de nombreux défis. D’abord, un défi de société, centré autour de l’écologie et de la transmission. Ce défi climatique est une réalité incontestable et il est aujourd’hui la préoccupation principale la jeunesse du pays.
Ensuite, un défi économique et social. La crise sanitaire risque d’entraîner une explosion de la pauvreté et de creuser encore davantage les inégalités dans notre pays. Nous devons y répondre par une relance impérative. Nous aurons à soutenir les territoires les plus fragilisés et accompagner aux mieux les personnes les plus vulnérables. Je pense notamment aux personnes isolées et aux familles monoparentales.  Cette relance impérative doit s’appuyer sur une performance économique, partagée, soucieuse de l’environnement et pleinement tournée vers la recherche et l’innovation.
Enfin, le troisième défi est selon moi démocratique. Nous vivons au sein d’une société qui se fracture irrémédiablement, à l’heure où la tentation du repli sur soi et de l’individualisme est croissante.
Pour faire face au climat de défiance qui s’installe, nous devons avoir un impératif de vérité des constats et des faits. Nous devons également adapter notre démocratie, pour la rendre plus mixte, continue au-delà du parlementarisme.
 

« Pour faire face au climat de défiance qui s’installe, nous devons avoir un impératif de vérité des constats et des faits. » Thierry Beaudet

Comptez-vous renforcer les relations entre le CESE et les élus locaux, notamment urbains ?
 
T.B : Bien sûr. Le CESE est avant tout la chambre de la société agissante. Nous voulons l’incarner dans toute sa diversité, en étant au plus près du terrain. C’est d’autant plus important que la réforme du CESE, promulguée en décembre, ouvre la voie à une consolidation de la coopération du CESE avec les territoires.
Nous allons réfléchir ensemble afin de renforcer l’articulation avec les Régions et les CESER. Le CESE se doit en effet d’être le relais des aspirations et des initiatives qui émergent du terrain. Nous devons bâtir une République des solutions, synthèse des dynamiques locales et des enjeux globaux.
 

« Nous devons bâtir une République des solutions, synthèse des dynamiques locales et des enjeux globaux. » Thierry Beaudet

Crédit photo : CESE