Share
Education, jeunesse et petite enfance
Santé

Tests salivaires à l'école : France urbaine est solidaire de l’Etat pour accélérer la campagne

05/03/2021

Les grandes villes, agglomérations et métropoles, représentées par France urbaine, proposent de soutenir et d’amplifier, selon leurs capacités, la campagne de tests salivaires dans les écoles.

A la demande de France urbaine, Thierry Ledroit, directeur de cabinet du Ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer, a réuni le 4 mars 2021 les associations d’élus du bloc communal, pour rendre plus efficiente la campagne de dépistage lancée la semaine dernière par le gouvernement dans les écoles primaires. France urbaine était représentée par Claire Chagnaud-Forain, Adjointe au Maire de Versailles et Vice-présidente de la commission « Education, jeunesse et petite-enfance » de l’association.

Les 300 000 tests réalisés chaque semaine sont indispensables pour rassurer les 6 millions d’enfants scolarisés, leurs familles, les enseignants et les agents territoriaux. Ils permettent également de limiter les risques de contagion et favorisent ainsi la prise de décisions plus rapides d’éventuelles fermetures de classes, voire d’établissements.

Ainsi, les grandes villes, agglomérations et métropoles, représentées par France urbaine, ont proposé de soutenir et d’amplifier, selon leurs capacités, la campagne engagée et coordonnée par le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports et le ministère des Solidarités et de la Santé.

Les élus urbains, contraints par la capacité d’analyse des laboratoires, maintiennent leur souhait que les collectivités ne réalisent pas elles-mêmes des tests, au risque de créer de la confusion dans les chiffres et les processus déjà mis en place. Pour autant, France urbaine appelle à ce que les personnels disponibles (infirmières scolaires, personnels communaux volontaires et formés, services communaux de santé scolaire…) soient autorisés à renforcer les effectifs de l’Education nationale pour cette campagne de test. Elle appelle également à ce que les enseignants, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) et les personnels communaux dans les écoles, puissent se faire tester par voie salivaire, au même titre que les élèves, au sein des établissements.

Le protocole cadre a été proposé cette semaine aux collectivités, sous la responsabilité du responsable académique du déploiement de la campagne de test. Le « contact-tracing », réalisé grâce aux différentes informations collectées, s’effectuera de manière partenariale entre tous les acteurs concernés par l’accueil des enfants dans les écoles.

Cette volonté d’agir collectivement, alliant cohérence et efficacité, va dans l’intérêt des familles, des élèves, des établissements et des personnels. France urbaine se félicite de cette démarche commune engagée entre le ministère de l’Education nationale et les associations d’élus, permettant une gestion plus efficace de la crise sanitaire.