Share
Santé

Stratégie vaccinale, calendrier, fin de l’état d’urgence sanitaire : quels défis dans les prochains mois ?

14/05/2021

Si la situation sanitaire globale est en nette amélioration, de nombreux points de vigilance sont encore portés par France urbaine à la connaissance du ministre Olivier Véran.

Réuni le 11 mai 2021 autour d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, le comité des élus pour la vaccination, composé de France urbaine, l’AMF, l’ADF, Régions de France, l’AdCF, l’APVF et l’AMRF, a permis de dresser un point d’étape sur la situation sanitaire et le déploiement de la stratégie vaccinale. L’occasion pour France urbaine, représentée par Grégory Doucet, maire de Lyon, et Emile-Roger Lombertie, maire de Limoges, co-présidents de la commission "Santé", de rappeler un certain nombre de messages.

La situation sanitaire globale en nette amélioration

Le ministre a rappelé en propos d’ouverture des nouvelles positives : l’épidémie poursuit sa décrue depuis plusieurs semaines consécutives, avec une baisse de 25% des nouveaux cas, ce qui permet d’aborder les prochaines étapes du déconfinement de manière plus sereine. Dans les hôpitaux, la baisse de la pression sanitaire est également notable, ce qui permet de reprogrammer des interventions chirurgicales jusque-là reportées. La situation reste cependant préoccupante en Guyane. 

Concernant la vaccination, l’objectif de 20 millions d’injections à la mi-mai est en passe d’être atteint (au 14 mai, le chiffre avoisine les 19 millions). Pour ce faire, le ministre a rappelé la nécessaire mobilisation de tous (centres de vaccination, médecine de ville, réseau des pharmaciens), notamment dans le cadre de l’opération « Tous sur le pont ! » mise en place pour le week-end de l’Ascension et qui doit notamment permettre d’accélérer le rythme de la vaccination (par des injections sur les aires d’autoroute notamment).

Quelques points de vigilance rappelés par France urbaine

Olivier Véran a également dressé un bref panorama sur l’actualité législative et l’examen du projet de loi visant à sortir du régime d’urgence sanitaire, qui contient notamment les dispositions relatives à l’instauration d’un « pass sanitaire » permettant l’accès à certains évènements publics.
 
France urbaine salue l’accélération de la campagne vaccinale mais pointe encore certains points de vigilance et de difficultés : Grégory Doucet, maire de Lyon, et Emile-Roger Lombertie, maire de Limoges, co-présidents de la commission « Santé » de France urbaine, ont porté directement à la connaissance du ministre un certain nombre de points de vigilance :

  • Sur le soutien financier de l’Etat aux centres de vaccination et l’accélération des conventionnements par la diffusion de conventions types : France urbaine se félicite de la prise en charge annoncée par l’Etat (via l’Assurance Maladie et le FIR) de l’intégralité des surcoûts engendrés pour les centres de vaccination par le fonctionnement des centres de vaccination. Pour autant, il est nécessaire que cette règle du jeu trouve à s’appliquer partout sur le territoire, et France urbaine a de nouveau insisté sur la nécessité d’accélérer les conventionnements par la mise à disposition, notamment, d’un modèle type. Le ministre a indiqué que 90% des frais de fonctionnement sont couverts à date par l’Etat. Une discussion est en cours avec Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, pour toucher les 10% à ce stade non couverts et inscrire le soutien aux centres dans la durée. Le ministre a par ailleurs confirmé, comme France urbaine l’avait demandé et comme cela figure dans la circulaire financière adressée aux ARS, que les effectifs recrutés en remplacement des agents retrouvant leurs postes à la faveur de la réouverture des équipements municipaux (maîtres-nageurs, agents de gymnase, etc…), seraient bien pris en charge par l’Etat.
  • Sur la mise en place d’une hotline informatique 7/7 et jours fériés inclus dans les centres de vaccination : après avoir fait remonter régulièrement cette alerte au cours des dernières semaines, France urbaine a saisi directement le ministre sur la nécessité d’un support informatique sur le logiciel Vaccin SI et Ameli Pro – 7/7 et jours fériés inclus – pour le bon fonctionnement de la chaîne vaccinale (des bugs ayant d’ailleurs percuté le dispositif le week-end du 8 mai). Le ministre a confirmé avoir identifié cette difficulté et l’importance de ce point, Olivier Véran a indiqué qu’il avait demandé l’élargissement de l’alerte renforcée de l’Assurance Maladie pour qu’une hotline soit en permanence accessible à tous, y compris le week-end et les jours fériés. Par ailleurs, le ministre a alerté sur le fait que certains centres ne remplissent pas le logiciel Vaccin SI, ce qui est indispensable au suivi et au bon déroulement de la vaccination.

Quelles perspectives d’élargissement de la vaccination aux enfants ?
Afin d’anticiper au mieux les futures étapes de la vaccination, France urbaine a interrogé le ministre sur les intentions du Gouvernement en matière de vaccination des enfants de 12 ans et plus. France urbaine se pose la question des intentions du Gouvernement pour la vaccination des enfants de plus de 12 ans, avec derrière, les modalités de fonctionnement des écoles, collèges et lycées.

Sur ce point, le ministre a indiqué qu’après la vaccination des adultes, qui reste la priorité au vu des doses disponibles, des décisions seraient prises en fonction d’études en cours et de l’avis d’Alain Fischer et de la Haute autorité de santé (HAS) qui se prononcera en temps voulu sur le sujet. Il a indiqué que l’Etat anticiperait bien évidemment l’achat de doses en conséquence.

Scrutins électoraux à venir, écoles… la nécessité d’une prise de parole claire

France urbaine appelle à une prise de parole claire de la part de l’autorité de santé sur les grands sujets liés à la stratégie vaccinale (élections, écoles…) : l’association salue le renforcement du dialogue avec l’Education nationale et la concertation mise en place par le ministère de l’Intérieur pour les élections départementales et régionales à venir. Toutefois, France urbaine, par la voix du maire de Lyon, Grégory Doucet  a demandé un positionnement clair du ministère des Solidarités et de la Santé sur tous ces sujets pour garantir la bonne coordination d’ensemble.

Congés d’été : quels impacts sur le fonctionnement des centres de vaccination ?

Relayant les inquiétudes de la commission « Santé » de France urbaine, Grégory Doucet et Emile-Roger Lombertie ont interpellé le ministre sur la nécessité d’anticiper les périodes de congés estivales sur le fonctionnement des centres. Ils ont également posé la question d’un éventuel découplage de lieu entre la première injection (résidence principale) et la seconde (lieu de vacances). Sur ce point, le ministre a clairement indiqué que ce schéma est logistiquement impossible, même si les zones les plus fréquentées durant les congés pourront se voir dotées de doses supplémentaires.

Quid de l’élargissement de l’expérimentation, en Moselle, de la distribution de vaccins Moderna dans les réseaux du circuit de ville ?

Le ministre a indiqué que l’expérience s’était avérée concluante, malgré une latence constatée au démarrage par rapport à la vitesse de consommation dans les centres. La distribution en pharmacie est programmée à compter du 24 mai.

Interrogé sur la distribution de Pfizer en médecine de ville, le ministre a indiqué que cela ne pourrait s’envisager avant septembre, mais que l’idée était de se diriger dans cette voie pour ne pas maintenir les centres dans une trop longue durée.

Conjuguer accélération nécessaire de la vaccination et visibilité sur le calendrier

La vaccination connaît une forte accélération et la cible vaccinale s’élargit de manière anticipée par rapport aux calendriers initiaux (par exemple pour la vaccination des plus de 50 ans, anticipée du 15 au 10 mai) : c’est une bonne nouvelle mais France urbaine a rappelé son besoin d’avoir le maximum de visibilité sur les prochaines étapes et d’une carte stabilisée des centres de vaccination à date par taille et type (proximité/méga-centres).

La situation des quartiers prioritaires et la gratuité des autotests pour les plus précaires : un véritable point d’alerte

France urbaine a de nouveau alerté le ministre sur la nécessité d’une approche spécifique auprès des habitants des quartiers prioritaires, pour qui demeurent des difficultés d’accès à la vaccination en raison notamment d’un éloignement du numérique. Par ailleurs, la commission « Santé » de France urbaine a fait remonter la nécessité d’une prise en charge à 100% des autotests pour les plus précaires.

Anticiper ensemble la fin de l’état d’urgence sanitaire et les remises à la rue

 France urbaine a interpellé le ministre sur la nécessité d’anticiper la fin de l’état d’urgence pour éviter des remises à la rue, potentiellement massives, de personnes jusque-là hébergées en urgence (par l’Etat notamment). Avec des problématiques de constitution de campements et de fragilité sanitaire accentuée pour ces personnes et familles. Le ministre a tenu a rappelé qu’il s’agissait pour lui d’un sujet majeur, bien identifié, et a tenu à rappeler son engagement pour protéger les plus fragiles au moment de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale.