Share
Stratégies alimentaires territoriales

Stratégie nationale de lutte contre la précarité alimentaire : France urbaine entend s’investir pleinement

07/07/2021

La participation et l’action des grandes villes, agglomérations et métropoles seront au cœur de la réussite du plan d’action lancé par l’Etat.

France urbaine fait de la lutte contre la précarité alimentaire un thème de travail prioritaire en consacrant déjà deux études sur le sujet : « Les villes face aux défis de la précarité alimentaire », publiée en 2019 puis l’étude « Villes et alimentation en période de pandémie : expériences françaises », publiée en juin 2020. Ces travaux ont permis de mettre en lumière les différents leviers actionnés par les villes pour répondre à l’explosion du nombre de bénéficiaires en temps de crise et de recenser les solutions développées par les villes dans le domaine de l’aide alimentaire.

Forte des travaux menés sur le sujet, France urbaine a pu intégrer, en décembre 2020, le Comité national de coordination de la lutte contre la précarité alimentaire (Cocolupa), instance qui vise à structurer durablement la coordination des acteurs de l’aide alimentaire et à faire évoluer le modèle français de lutte contre la précarité alimentaire.

L’objectif pour France urbaine est de mieux porter la voix des grandes villes sur un sujet qui les concerne prioritairement. En effet, depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire ne cesse d’augmenter, notamment en milieu urbain. Si la file active à l’aide alimentaire varie en fonction des territoires, on estime qu’aujourd’hui plus de 8 millions de personnes sont en situation de précarité alimentaire, soit une augmentation de 15 à 20% des files d’aide alimentaire en 2020 par rapport à 2019. L’importance du niveau territorial de proximité est un maillon essentiel d’une politique systémique de lutte contre la précarité alimentaire.

Ainsi, la lutte contre la précarité alimentaire doit viser plus largement l’accès à une alimentation favorable à la dignité des personnes et à leur santé : il convient de garantir la disponibilité d’une offre alimentaire de qualité (au sein et hors de l’aide alimentaire), des dispositifs favorisant l’autonomie, ainsi que la connaissance de son environnement alimentaire et une meilleure prise en compte des informations nutritionnelles.
 

Un plan d’action co-construit avec les acteurs

Réuni le 8 juillet dernier en session plénière, en présence du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, le Cocolupa a présenté son plan d’action pour la transformation de l’aide alimentaire et la lutte contre la précarité alimentaire. Elaboré avec ses membres lors de deux réunions techniques qui se sont tenues le 8 juin puis le 2 juillet 2021, ce plan d’action pour la transformation de l’aide alimentaire et la lutte contre la précarité alimentaire vise à mobiliser les acteurs impliqués autour d’actions concrètes identifiées collectivement à mener en tout point du territoire. Si la réponse aux besoins essentiels de se nourrir et de nourrir les siens reste le cœur de l’intervention, le développement des actions permettant davantage d’autonomie et de dignité des personnes, l’amélioration de la qualité nutritionnelle de l’alimentation et le respect de l’environnement s’intègrent pleinement à la démarche.
 
Ainsi, ce plan d’action auquel France urbaine a contribué poursuit plusieurs objectifs :

  • Prévenir les situations de précarité alimentaire, tout en poursuivant une action de court terme, nécessaire pour répondre aux situations d’urgence ;
  • Agir pour un impact sur le long terme en tenant compte des spécificités de chaque public ;
  • Activer les différents leviers : juridique, financier, partage de l’information ;
  • Garantir une gouvernance partagée avec les acteurs, interministérielle et territorialisée.

 

Quelle implication de France urbaine ?

Comme l’a rappelé Audrey Pulvar, Adjointe à la Maire de Paris en charge de l’Alimentation durable et co-présidente de la commission « Stratégies alimentaires territoriales » de France urbaine, lors de la session plénière du 8 juillet, l’association poursuivra sa mobilisation sur autour de ce plan d’action. D’abord en continuant à partager les travaux de recensement et d’observation réalisés régulièrement, en lien avec RESOLIS.  Mais aussi en proposant à l’ensemble des membres de France urbaine, élus et techniciens volontaires, de s’impliquer sur le long cours au sein des 8 groupes de travail mis en place sous l’égide du Cocolupa.

A noter que chaque groupe de travail affinera ses objectifs, établira son programme d’action et ses modalités de travail, en vue de trois échéances de réalisation fixées à fin 2021, au premier semestre et à la fin de l’année 2022.
 

  1. Mieux caractériser la précarité alimentaire et les parcours des personnes en situation de précarité alimentaire ;
  2. Clarifier la gouvernance nationale et territoriale de la politique de lutte contre la précarité alimentaire ;
  3. Mutualiser les connaissances afin de permettre l'essaimage des bonnes pratiques et inspirer de nouveaux modèles ;
  4. Rapprocher les acteurs de l'économie sociale et solidaire intervenant sur la chaîne de production/ transformation/ transport/ distribution, et créer des partenariats pour des filières solidaires ;
  5. Rendre la politique de lutte contre la précarité alimentaire participative et inclusive en co-construction avec les personnes concernées ;
  6. Favoriser l'accès à une alimentation favorable à la santé ;
  7. Diversifier les sources d’approvisionnement tout en intégrant les enjeux liés au développement durable ;
  8. Encourager et favoriser la création et le développement de toutes formes d’accès à l’alimentation, émancipatrices pour les personnes et durables.

La participation et l’action des représentants des grandes villes, agglomérations et métropoles seront au cœur de la réussite du plan d’action lancé par l’Etat. Les membres de France urbaine souhaitant s’investir au sein des différents groupes de travail sont invités à prendre attache avec les conseillers en charge des stratégies alimentaires territoriales chez France urbaine, qui feront le lien avec le Comité national de coordination de la lutte contre la précarité alimentaire.


Crédit photo : ©DR