Share
Sport

Sport dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville : France urbaine publie sa contribution

25/02/2021

Cette contribution est le premier acte d’un champ de travail plus global qui rythmera l’action de France urbaine ces prochains mois en matière de sport dans les QPV.

France urbaine publie dans une contribution un état des lieux et des recommandations dédiés à l’offre et l’intervention sportives au profit des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Cette contribution est le premier acte d’un champ de travail plus global qui rythmera l’action de France urbaine ces prochains mois en matière de sport dans les QPV.

A la faveur de l’actualité, France urbaine a répertorié auprès des grandes villes, grandes agglomérations et métropoles plusieurs démarches illustrant la façon dont le sport se vi(vai)t dans les quartiers défavorisés. Si la cartographie n’est pas exhaustive, elle permet cependant de relever plusieurs constats : un rôle essentiel des collectivités locales, essentiellement des villes mais également des intercommunalités dans le financement des activités physiques et sportives (APS) au profit des QPV. Un rôle qui se mesure également dans la structuration et les orientations du sport, aux côtés des clubs affiliés et des associations sportives et extra-sportives.

Le sport est un levier de développement territorial et de cohésion sociale, dont les impacts positifs pour la société seront indispensables ces prochains mois. Au sein des villes, et particulièrement au bénéfice des publics des QPV, un dispositif d’ensemble se décline souvent, associant les acteurs du sport, de la politique de la ville et des autres politiques publiques.
A l’aune des retours d’expériences, France urbaine s’inquiète des ruptures de continuité éducative et de territoires sous-dotés en équipements structurants. Il est essentiel d’y remédier, étant entendu que le sport doit être un lieu de brassage et un vecteur d’égalité républicaine. Il est nécessaire de mieux doter les QPV en équipements et en ressources humaines, tout en revisitant les pratiques et en embarquant les associations dans une dynamique partenariale, soucieuse du vivre-ensemble et des principes républicains et laïcs.

L’actualité a permis récemment de consacrer plusieurs temps forts à la politique de la ville et aux politiques de cohésion sociale et urbaine, en lien avec le sport : le conseil national des solutions par le sport réuni le 1er février à Garges-lès-Gonesse, le comité interministériel des villes (CIV) qui s’est tenu à Grigny le 29 janvier, pas moins de 8 ans après le dernier convoqué, actant une enveloppe supplémentaire de 2,3 milliards d’euros à la politique de la ville en sus du milliard d’euros fléché dans le cadre du Plan de relance. Les associations sportives sont aussi concernées par la signature du Contrat d’engagement républicain que prévoit le projet de loi confortant le respect des principes de la République. Cette actualité est en réalité plus large que celle de ces dernières semaines : les constats et les recommandations ont été identifiés dans le rapport Borloo (2018), auquel France urbaine a activement contribué. Le lancement de programmes d’éducation par le sport, la création d’emplois sportifs et de médiateurs et la sanctuarisation des moyens alloués nécessitent une attention collective.

Parmi les propositions :

  • Décliner les engagements du Pacte pour l’inclusion urbaine et républicaine de France urbaine, l’AdCF et Villes de France (janvier 2021), qui propose notamment d’intégrer un volet cohésion sociale et urbaine au sein des contrats de relance et de transition écologique (CRTE), l’opportunité via des fonds dédiés – notamment de la DSIL, au titre de l’investissement dans les grandes villes – de faire converger orientations nationales et projets locaux et de consacrer une attention particulière au sport en leur sein ;
  • Attribuer « une enveloppe de 1 % du budget global des Jeux olympiques et paralympiques sur des projets ou des dynamiques présentes dans les villes en QPV », comme le demandent les maires concernés ;
  • Intégrer les enjeux liés aux quartiers défavorisés comme prioritaires dans les diagnostics territoriaux lancés lors de l’installation des conférences régionales du sport.

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.