Share
Sport

Roselyne Bienvenu : « Il faut revoir l’écosystème du sport »

26/03/2021

Dans un entretien accordé à Sport Mag, la co-présidente de la commission “sport” de France urbaine réagit à la proposition de loi “sport” et évoquer les enjeux du sport dans la société.

Quel est le rôle de la commission “sport” de France urbaine que vous co-présidez ?

C’est une commission installée spécifiquement en 2018 en plein cœur de la réflexion sur la réforme de la loi sur le sport et sa démocratisation. La volonté est de mener des travaux plus spécifiques pour contribuer aux Etats Généraux du sport et dans la perspective de la réforme du sport.
 

Pourquoi France urbaine estime que la proposition de loi “sport” ne répond que très peu aux enjeux que le sport traverse actuellement ?

C’est une loi intéressante puisqu’elle traite du sport. Il était temps que la République se questionne sur la place et le rôle du sport dans notre société. On estime qu’on aurait pu aller plus loin car le sport est considéré comme un outil d’éducation, d’intégration et de lien social. France urbaine porte des orientations, défend la différenciation du sport en fonction des territoires en considérant à la fois le haut niveau et le sport pour tous. Dans les grandes villes, on trouve des politiques de la ville en direction des quartiers et on organise de grands événements. Il nous semblait donc important de teinter cette loi de ces différenciations. Non pas pour s’éloigner de l’organisation du sport autour du club et des fédérations mais, compte tenu de la mission de service public, pour s’appuyer sur ces structures afin d’organiser le sport français. Néanmoins, il est constaté que dans les quartiers de la politique de la ville, il existe un sous équipement et un manque de présence de clubs fédérés. France urbaine porte une parole volontariste qui vient heurter le droit commun de l’organisation du sport en France depuis plus de 60 ans fondée uniquement sur le monde fédéré.

Entretien réalisé par Loïc FELTRIN/ Sport Mag.