Share
Cohésion sociale et politique de la ville

Revenu universel d’activité, Service public de l’insertion : la solidarité, une priorité pour France urbaine

10/10/2019

France urbaine a notamment pris part au débat organisé le 9 octobre par le Gouvernement sur le Revenu universel d’activité.

Pleinement actrice des diagnostics, des préconisations et de la mise en œuvre de la prévention et de la lutte contre la pauvreté, France urbaine salue les initiatives des métropoles de Nantes et de Toulouse ainsi que de plusieurs collectivités du bassin minier d’Arras et de la Seine-Saint-Denis qui se sont engagées depuis plusieurs mois dans cette action locale de préfiguration.
 
Depuis l’été, deux enjeux fondamentaux sont au cœur de l’actualité : la mise en œuvre du Revenu universel d’activité (RUA) et son « corollaire » pour l’accompagnement des bénéficiaires, le Service public de l’insertion.
 
La concertation est active et France urbaine y participe pleinement, au sein du collège des territoires ou en assemblée plénière. De nombreuses interrogations demeurent, et plusieurs débats ne sont pas encore tranchés. Il en est ainsi notamment de la notion de revenu « familiarisé » ou « individualisé », d’un RUA automatique ou nécessitant une « quérabilité » (donc un acte de sollicitation), du regroupement ou non au titre du RUA des allocations adultes handicapés ou encore de l’aide au logement.
 
Au titre des attentes exprimées fortement par France urbaine, deux d’entre elles ont obtenues le 9 octobre une réponse positive forte de la part du Gouvernement et notamment de Christèle Dubos, Secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, en charge de la lutte contre la pauvreté : Il s’agit des impacts budgétaires de la lutte contre le « non recours », dispositif indispensable car trop de bénéficiaires potentiels ne touchent pas ou peu d’aides, ainsi que de la prise en compte des jeunes. Ces évolutions attendues ne sauraient se faire à moyen budgétaire constant, au risque sinon de réduire le montant d’autres aides.
 
France urbaine juge satisfaisant l’engagement pris publiquement par Christelle Dubos devant les représentants des quatre collèges de la concertation (Territoires, logement, personnes en situation de handicap, jeunes), à la condition toutefois, ainsi que l’a souligné Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, que cela soit confirmé lors de la loi de finances et que cette nouvelle charge budgétaire ne soit pas financée au détriment d’autres priorités ou des territoires.
 
Actuellement dans une phase intermédiaire, la concertation devrait être complétée, comme souhaité par France urbaine, par une démarche citoyenne qui prendra en considération les remarques et les attentes formulées au sein des collèges. En parallèle, le même travail se poursuit avec France urbaine pour le futur Service public de l’insertion.