Share
Santé
Education, jeunesse et petite enfance

Préparons dès maintenant l’accès à la vaccination de tous les personnels des écoles et de la petite enfance

15/04/2021

Il faut anticiper dès maintenant les modalités et la méthodologie de l'élargissement de la cible vaccinale à toute la communauté éducative.

Dans un courrier adressé au Premier ministre, la présidente de France urbaine a appelé à anticiper dès maintenant les modalités et la méthodologie d’élargissement de la cible vaccinale à l’ensemble de la communauté éducative.

Grâce à la mobilisation sans précédent des services de l’État, des collectivités et du personnel soignant, plus de 10 millions de Français ont aujourd’hui leur première dose de vaccin.
Les collectivités urbaines concrétisent au quotidien l’accélération de la campagne vaccinale, à travers l’augmentation des capacités des centres de vaccination, la mise en place de vaccinodromes et le déploiement de solutions d’aller-vers auprès des plus précaires et des plus isolés.

Rendu possible par l’annonce de livraisons de doses plus massives dès la fin avril, l’élargissement progressif au grand public impose la définition de priorités en adéquation avec des objectifs sanitaires et d’intérêt général. Sur ce point, le président de la République a fait part le 23 mars dernier de son souhait de prévoir des campagnes ciblées à destination des enseignants dès que la France disposera de doses suffisamment nombreuses, potentiellement d’ici à la fin avril.

Les élus de France urbaine partagent cette priorité donnée à l’éducation, mais souhaitent être étroitement impliqués dans son déploiement afin qu’il ne crée pas d’iniquité entre agents en fonction de leur employeur, mais suive au contraire une logique de communauté éducative. C’est pourquoi, dans un courrier adressé au Premier ministre le 7 avril dernier, Johanna Rolland, présidente de France urbaine, a appelé à anticiper dès maintenant les modalités et la méthodologie d’élargissement de la cible vaccinale à l’ensemble de la communauté éducative.

La présidente Johanna Rolland y formule trois propositions concrètes :

  • Pas de « deux poids deux mesures » dans l’accès à la vaccination : l’Éducation est une compétence partagée entre l’État et les collectivités locales. S’agissant du primaire, le personnel enseignant de l’État travaille quotidiennement avec les agents territoriaux (ATSEM, agents d’entretiens, agents de restauration, agents périscolaires...), sans compter, le cas échéant, les salariés des prestataires des communes (pour le périscolaire notamment). Il est donc essentiel que cette campagne spécifique à destination des écoles soit prévue dès le départ en fonction du lieu d’enseignement et non pas de l’employeur (État, collectivité, prestataire).
  • Prendre en compte le secteur de la Petite Enfance, mais aussi de l’éducation spécialisée à destination des enfants en situation de handicap dans l’élargissement de la cible vaccinale ;
  • Prioriser l’accès à la vaccination en fonction du niveau de contact avec les enfants ne portant pas de masques : deux millions de personnes seraient potentiellement concernées par cet élargissement de cible vaccinale. Il est donc impératif de définir une approche graduée, en commençant par les agents travaillant au contact d’enfants ne portant pas de masque : personnels de restauration scolaire, personnels des crèches, enseignants et personnels de maternelle ainsi que personnels d’accueil de loisirs.

A l’heure où les tensions en terme d’absentéisme sont de plus en plus fortes dans les écoles du fait de la situation sanitaire, la vaccination des personnels scolaires doit être l’un des facteurs de réussite de la réouverture des écoles la plus rapide possible que les collectivités et l’Etat doivent collectivement co-construire.