Share
Numérique et innovation

Plan de relance, 5G, numérique responsable et durable… La commission "Numérique" dessine sa feuille de route

11/02/2021

Commune à France urbaine, à l’AdCF et aux Interconnectés, la commission "Numérique" s’est réunie le 4 février dernier.

Commune à France urbaine, à l’AdCF et aux Interconnectés, la commission « Numérique » s’est réunie le 4 février dernier. Les co-présidences ont été officiellement renouvelées : Francky Trichet, conseiller municipal et vice-président de Nantes Métropole en charge de l’Innovation et du Numérique, Bertrand Serp, adjoint au maire de Toulouse et vice-président de Toulouse Métropole en charge du Numérique, Jacques Oberti, président du SICOVAL et Marlène le Dieu de Ville, vice-présidente déléguée à l’économie numérique de la Communauté de communes Lacq-Orthez, seront les chefs de file de la commission.

La formalisation d’une feuille de route et le renouvellement des statuts des Interconnectés

L’association Les Interconnectés, créée en 2009 par France urbaine et l’AdCF, anime la dynamique commune dédiée à l’actualité et aux enjeux numériques, à travers la commission « Numérique » dont le périmètre revêt un caractère politique, et différentes instances techniques dédiées, à l’instar des « Territoir’Prod », programme d’accompagnement thématisé au bénéfice des collectivités.

Pour renforcer son périmètre d’action, Les Interconnectés disposeront d’un Conseil d’administration au sein duquel siègeront 12 élus, dédié aux orientations générales de l’association. Cette évolution constitue une reconnaissance en bonne et due forme du rôle central dont dispose l’association dans le paysage institutionnel et de son rôle de contributions. Le Forum des Interconnectés, prévu les 17 et 18 mars prochains dans un format dématérialisé, constituera un nouveau temps fort.

La commission « Numérique » a par ailleurs permis de dédier un temps aux sujets jugés prioritaires qui constitueront une attention particulière ces prochains mois : la data, le numérique responsable et durable ou encore l’aménagement numérique du territoire. Un choix logique au regard de l’actualité, mais surtout de l’implication et des leviers qui sont ceux des grandes villes et des intercommunalités. Il s’agit d’être force de proposition et de maintenir le travail de contribution, dans le sillage de la publication du Manifeste Agir face à l’urgence de l’illectronisme.  

Les contributions attendues : Plan de relance dédié à la transformation numérique et numérique responsable et durable

L’enveloppe de 88 millions d’euros du Plan de relance dédiée à la transformation numérique de l’Etat et des collectivités territoriales a été saluée par les associations d’élus, après quelques balbutiements consécutifs aux premiers seuls d’éligibilité proposés. En acceptant, sur une enveloppe donnée, de dépasser le modèle de l’appel à projet et de partir des besoins des collectivités territoriales, le ministère de la Transformation et de l’Action publiques a convenu de dédier des fonds aux besoins de nouveaux services numériques et aux services numériques existants. Dans cette logique, la commission « Numérique » a entériné la contribution du groupe Cité +, mobilisant les DSI des grandes villes et métropoles : cloud souverain, plateforme de services de relations aux usagers, gouvernance territoriale de la donnée, archivage numérique… Une copie sera prochainement adressée à la ministre de la Transformation et de l’Action publiques, Amélie de Montchalin, rappelant que les coopérations et mutualisation territoriales devaient se saisir de dispositifs existants, expérimentés ou identifiés par les grandes collectivités locales.

La dimension responsable et environnementale du numérique bénéficiera elle aussi de prochaines contributions et de réflexions de la part de la commission « Numérique ». En outre, elle identifie la mise en place des Contrats de relance et de transition écologique (CRTE) comme des outils intéressants pour faire valoir cette dimension durable et responsable du numérique dans les territoires, tandis que la programmation des crédits européens pour la période 2021-2027 devrait permettre d’apporter des financements essentiels pour espérer développer cette logique bien identifiée dans les feuilles de route des exécutifs locaux. Conscients des leviers qui sont les leurs, ils disposeront d’un rôle de choix pour être acteurs et contributeurs d’un numérique responsable et éthique.

La commission « Numérique » continuera par ailleurs de mutualiser les initiatives prises en matière de débats locaux dédiés à la 5G. Ils consacrent l’ouverture d’un cycle dédié aux réflexions sur les nouvelles technologies et la volonté des collectivités locales d’outiller ces débats pour favoriser la montée en compétences d’une société civile du numérique.