Share
Sport

Paris 2024 et l’Agence nationale du Sport font équipe pour booster la pratique sportive sur les territoires

25/06/2020

Cette collaboration vise à soutenir le développement d’équipements sportifs locaux et susciter des collaborations entre collectivités « Terre de Jeux 2024 », clubs et fédérations sportives.

Paris 2024 et l’Agence nationale du Sport signent une convention jusqu’en 2024 afin de soutenir le développement d’équipements sportifs locaux et de susciter de nouvelles collaborations entre collectivités « Terre de Jeux 2024 », clubs et fédérations sportives.

 Les Français aspirent à de nouvelles façons de faire du sport : près de chez eux, de façon souple, en s’ouvrant à de nouvelles activités, urbaines et de plein air. 58% d’entre eux attendent de leurs communes qu’elles mettent à disposition des équipements en libre accès[1].
 
La convention entre Paris 2024 et l’Agence nationale du Sport va permettre de concrétiser ces aspirations, en soutenant les collectivités territoriales, premières facilitatrices du sport au quotidien. Elle financera chaque année près de 150 projets de développement, de rénovation ou de mise en accessibilité d’installations sportives de proximité, accessibles gratuitement, sur les territoires notamment ceux labellisés « Terre de Jeux 2024 » : terrains de foot, playground, skatepark, aires multisports….
 
Portées par la volonté de mettre plus de sport dans la vie de leurs habitants, les collectivités « Terre de Jeux 2024 » seront en mesure d’insuffler une dynamique d’engagement autour de ces équipements, pour permettre au plus grand nombre d’en bénéficier : à travers des challenges et animations régulières, avec le grand public mais aussi avec les clubs et les publics scolaires.
 
La convention entre Paris 2024 et l’Agence nationale du Sport contribuera également à renforcer les liens entre le mouvement sportif (fédérations, clubs) et les collectivités « Terre de Jeux 2024 », afin de donner un nouvel élan à leur ambition commune : développer la place du sport dans les territoires.  

 
[1] *Etude « Pratiques sportives et infrastructures sportives de proximité », décembre 2015