Share
Solidarités
Urbanisme et logement

Observatoire de l’habitat inclusif : France urbaine bientôt membre du comité de pilotage

21/10/2021

L'observatoire de l'habitat inclusif, qui s’est réuni le 18 octobre, actualise sa feuille de route et met en place des groupes de travail thématiques à compter de début décembre.

Créé en 2017, l'observatoire de l'habitat inclusif est une instance copilotée par la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP), la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et désormais également l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT). Elle réunit représentants institutionnels et associatifs en vue d'accompagner le déploiement de l'habitat inclusif. Ce travail de promotion s'accompagne de la mise en place de journées interdépartementales de l'habitat inclusif réunissant l'ensemble des acteurs intéressés.
 
L'habitat inclusif désigne un habitat accompagné, partagé et inséré dans la vie locale. Destiné aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, il vise à compléter l'offre de logement afin, selon les termes du rapport Piveteau-Wolfrom paru en 2020, de "vivre chez soi sans être seul" "lorsque la vie chez soi « comme avant » n’est plus possible et que la vie collective en établissement n’est ni souhaitée ni nécessaire".

Montée en puissance

Cette modalité spécifique bénéficie de financements dédiés : l'aide à la vie partagée (AVP) versée par les départements et cofinancée par la CNSA, le forfait versé par les agences régionales de santé (ARS). Une enquête auprès des ARSagences régionales de santé dont les résultats sont en cours de consolidation permet d'observer la montée en puissance de l'habitat inclusif. A ce stade, 56 départements ont manifesté leur intention de s'engager dans le déploiement de l'AVPaide à la vie partagée. Il est à constater, dans les premières données recueillies à ce stade, que l'habitat inclusif se déploie plus largement à destination des personnes en situation de handicap que des personnes âgées. A noter que les régions Hauts-de-France et Grand Est sont particulièrement investies sur le dossier.

Le bloc local incontournable

En lien avec les bailleurs, les départements et les associations, les villes et intercommunalités ont également leur rôle à jouer pour favoriser le déploiement de ces solutions dont la mise en œuvre est parfois complexe en zone tendue, dans leur fonction de planification, de sensibilisation, de financement voire de portage de projet.
 
Les échanges ont permis d'identifier des champs d'investigation devant faire l'objet de groupes de travail plus thématiques. :

  • Communication : comment élaborer une stratégie d'information vis-à-vis de toutes les parties prenantes (institutionnels, bénéficiaires, grand public…), comment répondre aux besoins d'espaces ressources et de points d'entrée sur le territoire ?
  • Ingénierie de projet :  comment évaluer et financer l'investissement dans le logement social, l'ingénierie de de projet, comment mobiliser aussi au-delà des financements publics ? Quel rôle de l'intermédiation locative pour un porteur de projet ?
  • Parcours des personnes : comment évaluer ce dispositif, comment se vit l'habitat inclusif, quelle participation des personnes, quels freins rencontrés ?
  • Formation des intervenants : l'habitat inclusif est générateur de nouvelles modalités d'intervention à la confluence de plusieurs métiers, et vient modifier les manières de faire aussi bien des intervenants internes qu'externes, comment appréhender ce sujet dans sa complexité ?

Ces travaux démarreront au début du mois de décembre. France urbaine sera susceptible de solliciter ses collectivités adhérentes intéressées pour contribuer à ces réflexions. L’association a d’ores et déjà fait connaître son souhait de faire partie du comité de pilotage de l’Observatoire de l’habitat inclusif, aux côtés de l'Association des maires de France et de l'Assemblée des départements de France.