Share
3 questions à...
Economie des territoires
Transition écologique
Participation citoyenne

Nathalie Appéré : « Si on veut construire ce monde d'après, il faut emmener les citoyens »

08/06/2021

Nathalie Appéré, Maire de Rennes et présidente de Rennes Métropole, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

FRANCE URBAINE : Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de Covid-19 dans la relation entre l’État et les collectivités locales ?
 
Nathalie APPÉRÉ : La crise a révélé la grande valeur et la réactivité de nos agents, ils ont été en première ligne pour gérer cette pandémie. Les villes et les intercommunalités ont démontré qu'elles étaient l'échelon essentiel de l'intervention, en proximité immédiate avec la population : dès mars 2020, elles ont mis en place des approvisionnements en masques, en équipements de protection, puis elles ont organisé la réouverture des écoles, elles ont installé des centres de dépistage, et maintenant elles opèrent des centres de vaccinations ouverts depuis le début année.
Elles ont apporté un soutien vital à nos concitoyens les plus précaires et ont pu pallier les défaillances de l'État. Après un printemps 2020 difficile, on a constaté que le gouvernement avait pris la mesure du rôle indispensable joué par les collectivités : l'exécutif vantait le couple Maire-Préfet, chargé de produire les plans métropolitains de lutte contre la Covid-19. Mais cela n'a pas duré. L'État a, depuis, souvent décidé seul, depuis Paris, sans associer les élus des collectivités locales, et parfois même sans associer les Préfets.
 

« Les villes et les intercommunalités ont démontré qu'elles étaient l'échelon essentiel de l'intervention » Nathalie Appéré

Quel rôle les territoires urbains peuvent-ils jouer dans la relance et le « monde d’après » ?
 
N.A : Avant la crise, le bloc communal représentait la moitié de l'investissement public total, avec évidemment une grande contribution des territoires urbains à cet effort. Autrement dit, la relance passe forcément par nous, et on apprécierait que ses modalités ne soient pas des appels à projet la veille auxquels il faut répondre le lendemain. L'État peut et doit faire confiance aux maires, aux élus locaux en général. Il doit reconnaître qu'ils ont une connaissance fine de leur territoire, des acteurs de terrain et l'agilité pour être efficace, pour prendre des décisions qui se concrétisent rapidement dans le quotidien de nos concitoyens.
Les villes sont un maillon essentiel dans la lutte contre le changement climatique parce qu'avec les politiques de l'habitat, de l'aménagement ou des mobilités, elles ont les leviers pour construire ce monde d'après. La pandémie nous a tous fait comprendre que la qualité du logement, l'accès à la nature, la performance des réseaux de communication étaient essentiels.
Si on veut construire ce monde d'après, pour ne pas avoir à le subir, il faut emmener les citoyens. On n'arrivera à rien sans eux, et encore moins contre eux. Là encore, le lieu de la participation, de l'acceptabilité voire de l'adhésion de la population, c'est l'échelon local.
 

« Si on veut construire ce monde d'après, pour ne pas avoir à le subir, il faut emmener les citoyens. » Nathalie Appéré

Vous avez été réélue Maire de Rennes et élue présidente de Rennes Métropole en juin et juillet dernier. Quelles sont les priorités de votre mandat ?
 
N.A : Depuis un an, avec mon équipe, nous sommes à l'ouvrage pour non seulement gérer l'urgence, mais aussi mener à bien le programme pour lequel les citoyens nous ont élus. Il est placé sous le signe de la justice sociale, de la participation citoyenne, de l'accélération de la transition écologique. La crise sanitaire, économique et sociale frappe plus durement encore les habitants les plus vulnérables. Nous devons tout faire pour les protéger, les accompagner. Pour combattre le changement climatique, nous devons donner les moyens à chacun de sortir de la dépendance aux énergies fossiles, pour son logement comme pour ses déplacements.
C'est ce qui nous conduit à viser la rénovation énergétique de 6 000 logements par an, dès 2025, à l’échelle de Rennes Métropole. Nous ne réussirons à engager un changement durable qu'en associant les citoyennes et les citoyens aux décisions qui les concernent, en valorisant l'intelligence collective. Le Printemps de la concertation que nous avons lancé à Rennes invite les habitants à se saisir de ces questions, qu'il s'agisse de la place de nature en ville, du déploiement de la 5G ou de la sécurité et la tranquillité publique.
 

« Notre programme est placé sous le signe de la justice sociale, de la participation citoyenne, de l'accélération de la transition écologique. » Nathalie Appéré

 Crédit photo : Rennes Métropole