Share
Elections
Alliance des territoires

Municipales 2020 : dix grandes villes ont déjà élu leur conseil municipal

17/03/2020

Le premier tour des élections municipales s’est tenu le 15 mars 2020 dans un contexte sanitaire très particulier.

Le premier tour des élections municipales s’est tenu le 15 mars 2020 dans un contexte sanitaire très particulier. Les 47 millions d’électeurs français ont été appelé aux urnes afin d‘élire leurs représentants municipaux, dans les 34 968 communes du territoire national.
 
Un contexte particulier, une France à l’arrêt

Maintenu in extremis par le président de la République Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 12 mars, le scrutin a évidemment été bouleversé par la pandémie de Covid-19, qui a sévèrement affecté la participation. Avec un taux compris entre 53,5 et 56% selon les instituts de sondages, l’abstention a atteint un niveau historique, de près de 20 points supérieur à celui de 2014, sur fond de crise du coronavirus.
 
Des maires déjà élus dans dix grandes villes adhérentes de France urbaine
 
Malgré ce contexte politique et sanitaire extraordinaire, un seul tour aura suffit pour officialiser les élections de près de 30 000 conseils municipaux dont dix dans les grandes villes adhérentes de France urbaine suivantes : Angers, Boulogne-Billancourt, Caen, Cannes, Dunkerque, Fort-de-France, Montreuil, Reims, Toulon et Versailles.

Les têtes de liste réélues :

Un second tour reporté, tout comme l'installation des conseils municipaux

Le second tour des élections municipales, prévu initialement le 22 mars 2020, est reporté à la deuxième quinzaine de juin (sauf contrordre, après avis en mai, pour raison sanitaire). La décision a été annoncée par le président de la République lors d’une allocution télévisée le 16 mars 2020.

Les 30 000 conseils municipaux, principalement de petites et moyennes communes, déjà élus dès le premier tour, voient leur élection confirmée : il n'est plus question — l'hypothèse, juridiquement fondée, avait circulé — d'annuler leur élection. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé le 16 mars 2020 :

  • un décret pris en conseil des ministres le 17 mars 2020 pour abroger le décret de convocation des électeurs pour les élections municipales ;
  • un projet de loi pour organiser le report du second tour des élections municipales à une date ultérieure, au plus tard au mois de juin. Dans ce projet de loi, il sera prévu qu'un rapport du conseil scientifique créé pour la gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus statue, dans le courant du mois de mai, sur la possibilité, sur le plan sanitaire, d'organiser les élections en juin.

Le 19 mars devant le Sénat, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le report de l’installation des conseils municipaux à une date qui sera décidée le 10 mai. A cette date, le Parlement sera informé des conditions sanitaires permettant la tenue ou non des conseils municipaux. C’est également le 10 mai que sera fixée (ou non, suivant la situation sanitaire) la date du second tour. Le mandat des élus communaux actuels est ainsi prorogé. Pour les EPCI, un amendement adopté au Sénat le 19 mars exclu les organes mixtes et proroge également les mandats des conseillers communautaires actuels jusque 3 semaines après le second tour.

Les sénateurs ont adopté dans la nuit du 19 au 20 mars le projet de loi d’urgence pour faire face au Covid-19. Il prévoit que le 2e tour aura lieu avant le 30 juin 2020 et fixe pour le moment la date limite pour le dépôt des listes au 31 mars (date provisoire).