Share
Santé

Montée en charge de la campagne vaccinale : France urbaine force de propositions pour plus d’efficacité

25/03/2021

France urbaine a alerté le Ministre Olivier Véran pour lui exposer les conditions de réussite de l’accélération de la campagne vaccinale, très attendue et porteuse d’un grand espoir.

France urbaine a alerté le Ministre Olivier Véran pour lui exposer les conditions de réussite de l’accélération de la campagne vaccinale, très attendue et porteuse d’un grand espoir.
Le Gouvernement a annoncé une forte accélération de la campagne vaccinale, portée dès le début du mois d’avril par des livraisons massives de doses vaccinales de la part, notamment, des laboratoires Pfizer et Moderna. Cette accélération se traduira notamment par l’augmentation des capacités des centres actuels, la systématisation des ouvertures le week-end et la création de nouveaux centres, dont certains de très grande taille, à raison d’une cible de deux vaccinodromes par département.

France urbaine alerte le Ministre Olivier Véran

Dans ce contexte, France urbaine a alerté le ministre des Solidarités et de la Santé pour lui exposer les conditions de réussite de cette accélération par ailleurs très attendue et porteuse d’un grand espoir pour le pays et ses habitants. Ces conditions sont les suivantes :

  • Une visibilité sur les modalités d’allocation des doses vaccinales dans un contexte de dégradation de la situation sanitaire, alors que certains stocks sont fléchés vers les régions les plus en difficulté ;
  • Une compensation effective des coûts générés par les centres de vaccination pour les collectivités territoriales et les intercommunalités ;
  • Une simplification des statuts des personnels intervenants dans les centres, notamment les vacataires, bénévoles et personnels soignants non-libéraux, afin que chaque bonne volonté puisse être facilement mobilisée et indemnisée ;
  • Une vigilance particulière vis-à-vis des territoires fragiles et de leurs habitants, notamment dans les quartiers politique de la ville, afin d’assurer à chacun l’accès à la vaccination.

Tels sont les points figurant dans la saisine adressée par France urbaine au Ministre Olivier Véran. D’ores et déjà, de premières informations ont été transmises à France urbaine par l’intermédiaire du comité technique vaccinal hebdomadaire auquel participe l’association qui s’est tenu le 25 mars.

Vaccinodromes : des plans départementaux attendus d’ici le 2 avril

Une instruction interministérielle adressée le 24 mars 2021 aux Préfets et directeurs généraux des Agences régionales de santé (DGARS) précise que durant les deux prochaines semaines, les Préfets devront évaluer la capacité des centres actuels et définir le besoin du territoire en très grands centres de vaccination. L’objectif : identifier, en lien avec les collectivités via les cellules départementales de la vaccination, au moins deux lieux dans chaque département. D’ici le 2 avril prochain, Préfets et DGARS devront élaborer les plans départementaux identifiant les sites, dont l’ouverture s’échelonnera, selon les besoins, jusqu’à la mi-juin en fonction des capacités d’approvisionnement. Davantage pilotés par l’Etat, ces centres pourront s’appuyer  sur la capacité de gestion de l’Etat, des collectivités mais aussi des acteurs privés.

Elargir le périmètre des personnes aptes à vacciner et à prescrire

Comme le demandait France urbaine, la cible des personnes aptes à vacciner a d’ores et déjà été élargie aux infirmiers, aides-soignants, sages-femmes et aux pompiers. Afin de préserver la ressource médicale par ailleurs très mobilisée par la crise sanitaire et ses conséquences, cette liste devrait également s’élargir à d’autres professions : dentistes, vétérinaires, ambulanciers, paramédicaux, mais aussi étudiants qui se verront dispenser une formation spéciale. Par ailleurs, les infirmières devraient être prochainement autorisées à prescrire la vaccination.

Les taux d’incidence pris en compte dans le fléchage des doses vaccinales

Au vu de la situation sanitaire, le cabinet du ministre des Solidarités et de la Santé a confirmé la prise en compte des taux d’incidence dans le fléchage des doses vaccinales. Selon le Ministère, les dynamiques d’évolution de l’épidémie sont étroitement surveillées sur l’ensemble du territoire du fait notamment de la dynamique rapide induite par la diffusion de variants.

Un cadre administratif à simplifier

Vacataires, bénévoles, étudiants en médecine, médecins et infirmiers retraités sont aujourd’hui en première ligne dans la campagne vaccinale. A l’heure où des efforts collectifs importants vont être demandés, il subsiste des difficultés administratives liées aux modalités de signature des contrats de travail et d’accès à l’indemnisation, des écarts de rémunération entre les parts forfaitaires et les parts « prime », des modalités de télétransmission encore complexes. Le cabinet est conscient de ces difficultés et souhaite aplanir les interprétations et pratiques parfois divergentes et/ou contradictoires qui peuvent exister entre CPAM et Agences régionales de santé (ARS) sur les territoires. Par ailleurs, le cabinet du Ministre rappelle que les rémunérations pratiquées peuvent varier selon les statuts des professionnels intervenants. France urbaine rappelle la nécessité d’un cadre administratif et juridique le plus organisé, sécurisé et souple possible, pour permettre à l’ensemble des parties de s’engager sans réserve dans la campagne vaccinale.
 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.