Share
Sécurité
Solidarités

Médiation sociale : France urbaine auditionnée par le député Patrick Vignal

13/01/2022

France urbaine est favorable à une plus grande reconnaissance de la médiation sociale en France et rappelle la nécessité de territorialiser le plus possible les politiques de médiation.

Le 11 janvier 2022, Patrick Vignal député de l’Hérault, a reçu Gael Perdriau co-président de la commission "Sécurité" de France urbaine, Maire de Saint Etienne et président de Saint-Etienne Métropole.


Médiation sociale : les grandes villes mobilisées

Faisant suite à la lettre de mission du Premier ministre du 28 octobre dernier, et en parallèle du dépôt d’une proposition de loi « visant à reconnaitre les métiers de la médiation sociale », Le député Patrick Vignal doit dresser d’ici la fin du premier trimestre de l'année 2022 un état des lieux de la mise en place des dispositifs de médiation sociale en France. A partir de ce diagnostic, il présentera des propositions d’amélioration de l’existant, ainsi que de nouvelles initiatives de nature à améliorer les relations et le cadre de vie des habitants. En tant que co-président de la commission "Sécurité" de France urbaine, Gael Perdriau a pu lui faire part des points d'attention et propositions de l'association, au cours d’une réunion constructive et prometteuse sur ces enjeux qui sont au cœur des politiques locales.  

En complétant la volonté de Patrick Vignal de « remettre de l’humain dans l’urbain », Gaël Perdriau a notamment rappelé que le fait de développer diverses politiques  prévention reste une réelle plus-value pour les territoires du bloc local. La médiation sociale ne doit pas se limiter aux quartiers prioritaires de la politique de la ville mais doit bien s’inscrire dans une démarche globale respectueuse de la gouvernance et du projet de territoire. Aussi, sans se substituer aux compétences régaliennes de l’Etat en matière de sécurité et de maintien de l’ordre, les grandes villes tendent à développer depuis plusieurs années un service de proximité qui implique et tient compte des habitants, en prônant au quotidien un travail de prévention, de médiation voire de conciliation auprès de la population. Gestion de l’espace public, habitat collectif, accès aux droits et aux services publics, transports et mobilité, milieu scolaire et jeunesse, participation des habitants... les actions de prévention permettent de traiter une multitude de thématiques qui appellent à une présence sur le terrain, afin de prévenir les situations conflictuelles, faciliter les relations sociales au quotidien et baisser le sentiment d’insécurité.
 

Une défiance croissante de l'autorité publique

Si la compétence des maires concerne d’abord la tranquillité publique, dans les faits, les élus et les médiateurs incarnent le lien à l’Etat et à l’autorité et agissent, dans un contexte de défiance croissante vis-à-vis de l’ensemble des représentants de l’autorité publique. A ce titre, le Maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole a partagé l’inquiétude des élus urbains vis-à-vis du délitement du lien entre la population, les acteurs de sécurité et les représentants de l’autorité, que celles-ci relèvent de l’Etat ou du Maire. "Ce constat nous oblige à rassembler nos efforts et nos moyens au service de l’efficacité des politiques de sécurité et de prévention ainsi qu’à nous interroger collectivement." a indiqué Gaël Perdriau. En rappelant que le maire à une place de pivot en matière de prévention, il convient donc de « créer un ADN » propre à la médiation sociale, tant au niveau national que local.


Pour une plus grande reconnaissance de la médiation sociale

Les services municipaux tendent déjà à favoriser le vivre ensemble à travers la mise en place d’outils qui vont aider la ville à mener des actions de prévention aussi diverses que variées, en lien avec les différents acteurs intervenant sur le territoire communal (comme les bailleurs sociaux, la Caisse d'allocations familiales, les missions locales ou encore l’institution judiciaire) mais l’Etat doit engager plus de moyens en la matière. En effet, face à une montée en puissance des fonctions et des missions des médiateurs, France urbaine est favorable à une plus grande reconnaissance de la médiation sociale en France. Cette reconnaissance, qui doit être à la fois juridique, institutionnelle et culturelle, doit pour se faire, être l’objet d’une action ambitieuse au niveau national. Le renforcement des moyens, humains ou encore financiers, souhaité par les élus des grandes villes, agglomérations et métropoles, doit également passer par une plus grande interaction des politiques de sécurité et des politiques sociales. Enfin, Gael Perdriau a sensibilisé le député sur l’importance de territorialiser le plus possible les politiques de médiation, déjà tendues dans un contexte de crise sanitaire et d’attractivité des emplois « à la personne ».

Si le thème plus global de la prévention fait partie des sujets abordés dans le cadre de la préparation des Assises de la sécurité de France urbaine prévues le 3 mars 2022 au Creusot, la médiation sociale est l'un des sujets qui fut traité en octobre dernier lorsque le directeur général de France médiation, Laurent Giraud avait été invité par la commission "Sécurité" de l'association. Cette rencontre avait alors permis aux élus urbains de mieux appréhender le thème de la prévention notamment dans la perspective d’une formulation de propositions à porter dans le débat public en mars prochain.