Share
Education, jeunesse et petite enfance

A Marseille, France urbaine et le Réseau Français des Villes Educatrices renforcent leur collaboration

23/09/2021

Le 21 septembre 2021, plus de 50 élus et cadres ont participé à la réunion de la commission « Education, jeunesse et petite-enfance » de France urbaine, qui s’est tenue à Marseille.

Si l’actualité de la rentrée et de la crise sanitaire et de ses impacts ont mérité de nombreux échanges, d’autres enjeux tels que l’éducation prioritaire, les préconisations des membres de la commission concernant l’obligation de financement des écoles maternelles privées sous contrat, l’évolution des locaux et des cours répondant au mieux aux enjeux climatiques, l’inquiétude d’une nouvelle surenchère de bureaucratie de la part des Caisses d'allocations familiales (CAF) à l’égard des crèches et l’optimisation du travail entre les territoires et les établissements scolaires ont également fait l’objet de débats instructifs, débouchant sur des propositions et des modalités de travail en commun.

La commission « Education et petite-enfance » de France urbaine a également pu échanger avec le Réseau français de Villes éducatrices et sa présidente, Emilie Kuchel, adjointe au maire de Brest et porter le caractère fondamental de l’éducation et des ses acteurs, dans les territoires et également notre pays, entre acteurs différents mais travaillant ensemble.

Cette journée a également été l'occasion de constater la forte volonté de la Ville de Marseille de s’ouvrir aux autres territoires, de partager son expérience, de solliciter les autres territoires pour renforcer son action et, dans certains domaines, de rattraper son retard. A Marseille, sous l’impulsion de Pierre Huguet, adjoint en charge de l’éducation et de plusieurs de ses collègues, le choix a été au contraire d’un benchmark associant les villes de Paris, de Lyon, de Nantes, de Grenoble et de Bordeaux et d’en confronter les enseignements avec les élus de tous les autres territoires, de Villeurbanne à Saint-Denis, de Brest à Toulouse, de Lille à Tours …

Le constat était unanime : le travail commun proposé par Marseille et les cinq grandes villes partenaires de l’étude était de grande qualité, le débat l’a encore enrichi et si cet apport profite aux enfants marseillais, il contribuera également à de nombreuses évolutions dans tous les territoires.

C’était une première mais son succès a déjà suscité la demande de renouveler ce mode d’échanges et de travail et les ville candidates pour faire vivre l'action en réseau et profiter de ses enseignements sont nombreuses.