Share
Economie des territoires

L’événementiel, une filière clé à mieux accompagner dans les territoires urbains

13/10/2022

France urbaine a participé le 11 octobre 2022 à une rencontre organisée par l’Unimev avec plusieurs parlementaires, consacrée aux perspectives de la filière.
 

L’événementiel, un secteur central de l’attractivité de la France

Filière de services encore méconnue en France, le secteur de l’événementiel regroupe les entreprises qui organisent et gèrent 1 200 foires et salons, 2 800 congrès et 380 000 événements d’entreprises en France. Très majoritairement accueillis dans les métropoles et grandes agglomérations, ces événements sont un segment essentiel du tourisme et de l’attractivité de la France : plus de 7 millions de visiteurs étrangers, un levier essentiel de croissance pour les petites et moyennes entreprises et les filières économiques : le flux d’affaires réalisé sur les foires et salons représente près de 35 milliards d’euros. Pour les territoires qui accueillent ces événements, ce sont près de 20 milliards d’euros de retombées.

Un secteur en rebond mais encore fragile

Très durement impacté durant deux ans par la crise sanitaire, le secteur de l’événementiel retrouve une activité très dense durant le second semestre de 2022. Mais des difficultés persistent : la filière a perdu 20% de ses effectifs en deux ans et peine à recruter. Sa situation financière reste fragile et le contexte géopolitique ne permet pas une consolidation rapide, d’autant que le secteur doit opérer une transformation massive pour faire face au défi du changement climatique.

Propriétaires et parfois gestionnaires des grands équipements de congrès et d’expositions, les métropoles et agglomérations ont été en première ligne de la création de liens forts avec les acteurs de la filière de l’événementiel durant la crise sanitaire de Covid-19. Ces liens perdurent et se traduisent par des échanges réguliers avec l’Union française des métiers de l’événement (Unimev). C’est à ce titre que France urbaine a participé le 11 octobre 2022 à une rencontre organisée par l’Unimev avec plusieurs députés et sénateurs, consacrée aux perspectives de la filière.

Renforcer les liens avec les intercommunalités

Lors de cette rencontre, France urbaine a rappelé ses positions et ses propositions au nom des grandes villes, agglomérations et métropoles. Dans ces territoires, la crise sanitaire a permis une prise de conscience et la consolidation de liens très forts entre les acteurs de l’événementiel. Ainsi, la mise en évidence des écosystèmes locaux du tourisme d’affaires est un socle propice à la transformation collective d’une filière dont la décarbonation est un enjeu majeur et complexe. C’est à l’échelle des bassins d’emplois locaux que peut s’animer et s’opérer les mutations provoquées par le changement climatique.
Très majoritairement composé de très petites, petites et moyennes entreprises, le secteur de l’événementiel doit trouver dans les collectivités intervenant en proximité les relais et appuis publics nécessaires à sa transformation. La labellisation récente de plusieurs métropoles et agglomération au titre de « Destination Innovante Durable » est la démonstration de cette capacité des écosystèmes territoriaux de pivoter ensemble.

Une filière clé à mieux accompagner 

Aussi, France urbaine partage avec les acteurs de la filière une inquiétude croissante quant à la situation et aux perspectives des infrastructures clefs de l’événementiel, à savoir les palais des congrès et parcs des expositions. Ces bâtiments doivent faire face à un besoin d’investissements massifs : numérisation, hybridation, rénovation énergétique, ouverture à d’autres usages… Les besoins en investissement sont chiffrés par la filière à 2 milliards d’euros. Or, la situation financière actuelle et à venir des intercommunalités les amène à interroger ces investissements. France urbaine a proposé à plusieurs reprises que le plan de relance ou d’autres véhicules de soutien à l’investissement local identifie et soutienne spécifiquement ces transformations indispensables à la pérennisation de la « marque France » dans le domaine de l’événementiel.

Enfin, une meilleure prise en compte de cette filière, de ses entreprises et de ses salariés suppose une mobilisation plus rationnelle des acteurs publics. L’occasion pour France urbaine de rappeler que la compétence tourisme mériterait un leadership plus affirmé du binôme régions-intercommunalités. Une simplification qui participerait d’une mise en lumière d’une filière ancrée dans les territoires urbains et qui doit gagner en attractivité auprès des jeunes.