Share
Mobilités
Finances et Fiscalité

Les territoires urbains entendent investir un milliard d’euros dans des projets cyclables d’ici 2026

17/06/2021

France urbaine a recensé la tranche « vélo » des programmations pluriannuelles d’investissement que les collectivités prévoient d’engager entre 2021 et 2026.

Alors que le Gouvernement souhaite accentuer le soutien aux projets cyclables des collectivités, qui s’est traduit par l’ouverture d’une première enveloppe dédiée de 50 millions d’euros, France urbaine a recensé les montants d’investissement que les grandes villes, agglomérations et métropoles, prévoient de consacrer sur ces projets.

Pour ce faire, France urbaine a recensé la tranche « vélo » des programmations pluriannuelles d’investissement que les collectivités prévoient d’engager entre 2021 et 2026. L’enquête a permis de recueillir les contributions de 28 collectivités adhérentes, à savoir 16 métropoles, 5 communautés urbaines, 2 communautés d’agglomération, 1 établissement public territorial et 4 grandes villes, dont la Ville de Paris.

Les 28 tranches cyclables des programmations pluriannuelles d’investissement recueillies atteignent un montant total d’un milliard d’euros et représentent au moins 258 projets sur le mandat. Parmi ces 258 projets, 88 seraient prêts à être engagés en 2021, pour un montant d’investissements de 676 millions d’euros. Ils pourraient être complétés par 62 projets dont l’initialisation est prévue pour 2022, pour un montant d’investissements de 136 millions d’euros. Ainsi, les projets relatifs au vélo que les 28 collectivités ayant répondu à l’enquête de France urbaine prévoient d’engager entre 2021 et 2022 susciteraient des investissements à hauteur de 813 millions d’euros sur ces deux années et les suivantes, dans le cas de projets structurants.

Le milliard d’euros prévu sur le mandat 2020-2026 est réparti ainsi :



 
Les grandes villes, agglomérations et métropoles sont pleinement engagées pour développer les infrastructures et la pratique du vélo, au service des habitants et de la qualité de vie urbaine. Elles sont devenues des actrices centrales des politiques locales du vélo et entendent inscrire ces investissements dans la dynamique générale de renforcement des investissements dans les mobilités douces dans les années à venir.