Share
Sport

La Ville de Limoges et 6 clubs sportifs se mobilisent pour les détenus de la Maison d’arrêt

27/11/2021

Le 23 novembre à l'hôtel de ville, le maire de Limoges, Émile Roger Lombertie, son premier adjoint, Vincent Jalby et Sylvie Rozette, adjointe en charge des sports, recevaient le directeur de la Maison d’arrêt de Limoges, Mohammed Ed-Dardi, et les représentants de 6 clubs sportifs locaux** dans l’optique de signer une convention pour la mise en place d’actions sportives et éducatives à la Maison d’arrêt de Limoges.

Des actions ponctuelles étaient déjà organisées à la Maison d’arrêt :

  • du basket avec le Limoges CSP,
  • les joueuses du LABC
  • du Football avec le Limoges Football, jamais autant de clubs ne s’étaient engagés dans une telle dynamique : une première nationale !

 Objectif réinsertion

Un point de vue confirmé par le directeur de la Maison d’arrêt qui a salué « la persévérance de tous pour cette action. Parce que le sport est nécessaire, tant pour favoriser la réinsertion qu’en tant qu’élément indispensable à la paix sociale ». « Les détenus sortiront un jour et c’est à nous de les accompagner pour qu’ils ne reviennent pas », poursuit Mohammed Ed-Dardy. Pour cela, le sport a bien-sûr un impact pour l’engagement qu’il représente tout d’abord, mais aussi pour ses valeurs de respect, de reconnaissance de soi et de l’autre.
 
L’objectif de cette convention est clair

D’un côté, la Ville de Limoges souhaite favoriser l’intégration sociale par le sport grâce à la participation des clubs locaux à des animations sportives au sein de la Maison d’arrêt de Limoges.
De l’autre, la Maison d’arrêt est en attente de telles pratiques par les personnes détenues dans un but de réinsertion sociale.
Le socle de cette nouvelle collaboration est donc aujourd’hui posé et les échanges vont s’organiser dans le cadre d’une « coopération bien réelle », ajoute Yves Martinez pour le CSP ou, comme le précise Christophe Racaud du LH, « en collaboration avec le centre de formation du club également »
Patricia Kotni, du Boxing club du Val de l’Aurence, a pour sa part salué l’implication des sportifs dans ces projets d’échanges et l’impact de l’intervention des clubs en prison, « tant pour ceux qui y sont détenus que pour les jeunes qui partagent ces moments sportifs avec eux ».