Share
Urbanisme et logement

Jean-Luc Moudenc : « L’habitat est un déterminant majeur »

14/04/2020

Retrouvez l'entretien accordé par le président de France urbaine au Journal de la Fondation Abbé Pierre.

La pauvreté et l’isolement augmentent particulièrement dans les grandes villes. Comment lutter contre ces fléaux ?
 
Il s’agit en effet de fléaux en progression avec la montée des précarités, l’éclatement des solidarités familiales traditionnelles et le développement du non-recours chez les personnes les plus fragiles. Néanmoins, les grandes villes, communautés et métropoles peuvent déployer des politiques de solidarité sur leur territoire. Elles disposent de CCAS et CIAS* qui permettent de répondre de manière individualisée aux problématiques rencontrées par les personnes et familles (logement, emploi, formation, santé, scolarisation, etc). Selon les cas de figure, les CCAS et CIAS peuvent ensuite orienter vers les structures appropriées d’accompagnement. Les grandes villes et métropoles financent aussi directement un certain nombre d’organismes associatifs d’aide aux plus fragiles de nos concitoyens. Elles ont, par ailleurs, des politiques de soutien actif au logement social et très social permettant aux ménages les plus modestes de se loger dans des conditions décentes, à des prix correspondant à leurs capacités contributives.

Comment favoriser l’accès et le maintien dans le logement de tous dans la « République des territoires » que vous appelez de vos voeux ?

La République des territoires, que France urbaine défend depuis sa création doit impérativement être au rendez-vous de la cohésion sociale et des solidarités.
Il ne s’agit pas seulement d’une question d’éthique et de valeurs. Une métropole ne peut rester durablement attractive si elle laisse sur le bas-côté de la route ses habitants les plus vulnérables. C’est la raison pour laquelle tous les territoires urbains sont aujourd’hui dotés de Programmes locaux de l’habitat (PLH) qui sont de puissants outils de programmation et de financement du logement, notamment social. Je souhaite, en outre, revenir sur un dispositif, le « Logement d’abord » qui commence à faire ses preuves sur les territoires. Le principe est simple : repérer et identifier les personnes sans domicile fixe de nos villes et leur offrir des réponses pertinentes en Pension de famille ou en logement stable et pérenne. Voilà un exemple, parmi d’autres, d’actions et initiatives que les élus locaux peuvent prendre pour décliner la promesse républicaine en actes concrets.

Habitat indigne, précarité énergétique… des priorités pour 2020 ?

France urbaine est très engagée sur ce dossier aux côtés de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH). Habitat dégradé, habitat indigne, habitat insalubre : la problématique revêt différentes réalités. Néanmoins, voilà un sujet à la confluence des enjeux de transition écologique et de solidarité sociale.Notre priorité pour l’année qui vient et les suivantes est d’organiser une montée en puissance des territoires urbains sur ces problématiques centrales, dans le cadre des futurs contrats territoriaux de transition énergétique préparés en lien avec l’État, les régions et départements. L’autre enjeu est de simplifier les dispositifs pour faire en sorte que les différents guichets de financement soient mieux identifiés par nos concitoyens, en particulier dans le cadre de la réforme du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Autrement dit, dans ces domaines comme dans d’autres, l’action publique locale et nationale doit se rendre plus lisible et compréhensible pour une meilleure appropriation par la population.