Share
3 questions à...
Alliance des territoires
Cohésion territoriale
Activité parlementaire

Jacqueline Gourault : « L’avenir de notre modèle français se joue pour beaucoup dans nos villes »

09/11/2021

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

FRANCE URBAINE : Vous portez la loi « 3DS » qui sera débattue en séance publique l’Assemblée nationale début décembre. Quels sont les objectifs de ce texte ?
 
JACQUELINE GOURAULT : C’est une ambition à la fois simple et forte : faire confiance aux élus, au terrain, à la proximité, pour relever les défis de notre société. C’est un texte qui répond à des besoins très concrets, remontés du terrain après une longue concertation que j’ai menée. Les élus ne veulent pas de nouvelle grande réforme institutionnelle après tout ce qu’ils ont vécu ces dix dernières années. Ils veulent davantage de souplesse et de capacité d’adaptation des politiques publiques en fonction de la spécificité de leurs territoires.
 

« Il faut faire confiance aux élus, au terrain, à la proximité, pour relever les défis de notre société. » Jacqueline Gourault

« Différenciation » n’est pas « détricotage ». France urbaine, qui a toujours soutenu ce texte, a cependant fixé ses lignes rouges face au risque de remise en cause, au détriment des plus petites communes, de 50 ans de construction intercommunale. Quelle est votre position ?
 
J.G : Je suis convaincue que l’intercommunalité est une chance pour les communes. Il faut parfois faire preuve de pragmatisme lorsque les mutualisations se heurtent à des réserves des maires, comme nous l’avons déjà fait au cours de ce quinquennat s’agissant de la gestion de l’eau et de l’assainissement, en donnant beaucoup de flexibilité. Mais il ne faut pas revenir en arrière lorsque les choses se passent très bien, et depuis fort longtemps, comme c’est le cas dans la plupart des intercommmunalités, notamment dans les métropoles et les communautés urbaines. Je l’ai dit aux sénateurs lors de l’examen du projet de loi « 4D » et je ne doute pas que nous parviendrons, in fine, à un accord sur un équilibre qui donnera de la souplesse là où c’est nécessaire sans détricoter les intercommunalités.
 

« Je suis convaincue que l’intercommunalité est une chance pour les communes. » Jacqueline Gourault

Quel rôle les grandes villes, agglomérations et métropoles jouent-elles pour assurer la cohésion des territoires ?
 
J.G : Comme j’ai pu l’écrire récemment dans une tribune du journal Libération, je crois dans la complémentarité de nos territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux. Plutôt que de les opposer en permanence et de stigmatiser celles et ceux qui font le choix d’y vivre, je crois que nous devons réaffirmer que chaque territoire est un maillon indissociable de la cohésion nationale. Je pense que l’avenir de notre modèle français, face aux défis du changement climatique et de l’inclusion sociale, se joue pour beaucoup dans nos villes. J’observe aussi que depuis quelques années, les grandes villes et les métropoles ont pris pleinement conscience des liens puissants qui les unissent à leurs territoires environnants (en matière d’eau, d’alimentation, de mobilités, de foncier…). Loin d’être des isolats, nos grandes villes sont ancrées dans un territoire, et elles assument peu à peu une nouvelle forme de responsabilité dans la coopération, incarnée par la belle idée de « l’alliance des territoires » défendue par France urbaine.
 

« Les grandes villes et les métropoles ont pris pleinement conscience des liens puissants qui les unissent à leurs territoires environnants. » Jacqueline Gourault

© Crédit photo : MRCT