Share
Mobilités

Investissement, innovation, lutte contre la fracture de la mobilité : les territoires urbains mobilisés, l'Etat attendu au tournant

10/12/2020

Le 9 décembre, France urbaine a réuni pour la première fois la commission "Transports et mobilités" pour le mandat 2020-2026.

Co-présidée par Michaël Delafosse, Maire de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole et François Grosdidier, Maire de Metz et président de Metz Métropole, la commission "Transports et mobilités" de France urbaine a insisté pour que les choix résolus d’investissements, d’actions innovantes et d’effort public pour réduire les facteurs d’isolement et agir efficacement pour l'environnement ne soient pas remis en cause par un Etat qui ne saurait pas tenir ses engagements.

Les investissements locaux, ceux des entreprises ferroviaires et leur financement constituent plusieurs centaines de millions d’euros pour l’amélioration de la vie de tous les habitants mais également pour la relance économique dont notre pays, ses salariés et ses entreprises ont tant besoin. Aujourd’hui, l'inquiétude est forte en constatant le retard des contrats de plan Etat-Région et la faible prise en compte des enjeux métropolitains, mais également la quasi-absence des enjeux de mobilité comme déterminants pour la relance.

Les priorités, les engagements pris dans les territoires sont de véritables marqueurs des ambitions locales. Les attentes à l’égard du gouvernement, des régions et de l’Europe feront prochainement l’objet d’un recensement et d’une communication. France urbaine, aux côtés du Groupement des autorités responsables de transport (GART) et des autres associations d’élus, refuse d’être contrainte à des choix budgétaires de réduction des services de transport, avec pour conséquences l'isolement social, générationnel et géographique, si l’Etat ne tenait pas ses engagements de compensation financière des pertes financières considérables dues à la crise sanitaire.

La transition écologique, pour laquelle la mobilité est une composante majeure, tout comme son financement territorial doivent être pris en considération et ne pas rester dans de seules déclarations incantatoires. La réduction des émissions de gaz à effet de serre nous engage pour la santé de nos habitants. Elle ne saurait pour autant se réduire à des mesures punitives incomprises, alors que France urbaine souhaite, dans cette même volonté de pleine responsabilité, pouvoir accompagner les habitants les moins bien desservis et n’ayant pas la capacité d’acheter un véhicule neuf, mais aussi les artisans, les commerçants et considérer l’enjeu des livraisons des commerces.

Les mobilités sont au coeur d'un projet de société. Elles doivent faire l'objet de choix politiques assumés mais également de la volonté que cessent ces lourdeurs bureaucratiques qui empêchent de prendre en compte des évidences territoriales par des freins normatifs ou l’incapacité de laisser les territoires innover.

La commission "Mobilités" de France urbaine se réunira de nouveau à la fin du mois de janvier 2021.