Share
3 questions à...
Santé
Economie des territoires
Transition écologique

Grégory Doucet : « C’est le dernier mandat pour le climat »

08/12/2020

Grégory Doucet, Maire de Lyon, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de Covid-19 dans la relation entre l’Etat et les collectivités locales ?
 
La gestion de la crise entre l’Etat et les collectivités territoriales est très différente. L’Etat prend en charge les mesures réglementaires de restriction ou d’obligation : le port du masque, le couvre-feu, le confinement… Le rôle des villes est d’accompagner ces mesures, d’amortir le plus possible les restrictions imposées aux Français. A Lyon, nous avons pris en charge l’un des premiers sites de tests massifs, gratuits et sans rendez-vous. Au cœur du Palais des Sports de Gerland, en partenariat avec les Hospices Civils de Lyon (HCL) et l’ARS, médecins, laborantins, étudiants en médecine ont pu tester jusqu’à 2900 personnes par jour au plus fort de la seconde vague. Depuis le mois de septembre nous avons testé plus de 42 000 personnes. Je crois que la Ville de Lyon est là bien dans son rôle premier, celui d’offrir un service public, de qualité et facile d’accès. En revanche, nous avons eu, à bien des reprises, à pallier les défaillances de l’Etat. Nous regrettons l’absence de concertation, voire de coordination avec le Premier ministre et le ministre de la Santé et des Solidarités. Pour chaque nouvelle mesure, nous avons été informés deux heures avant les annonces officielles, sans que le gouvernement ne s’enquière de l’avis des élus locaux. Nous sommes pourtant en première ligne pour gérer cette crise. Notre avis, le plus ancré dans la réalité des territoires parce qu’au plus près d’eux, doit être entendu au sommet de l’Etat.

"Le rôle des villes est d’accompagner les mesures prises par l'Etat, d’amortir le plus possible les restrictions imposées aux Français." Grégory Doucet

Quel rôle les territoires urbains peuvent-ils jouer dans la relance et le « monde d’après » ?
 
Le monde d’après se construit assurément dès maintenant. La crise de la Covid-19 a révélé les fragilités de nos systèmes économiques, sociaux et politiques. Aujourd’hui, neuf millions de Français vivent désormais sous le seuil de pauvreté, 300 000 sont à la rue, la fonte des glaciers bat des records inégalés, les déplacements migratoires en lien avec le dérèglement climatique sont de plus en plus massifs… Bref, le GIEC nous donne dix ans pour agir. Lorsque nous, maires écologistes, déclarons que c’est le dernier mandat pour le climat, ça n’est pas de la rhétorique, c’est du concret. Nous prenons notre part à Lyon. Les villes sont aujourd’hui largement émettrices de pollutions et c’est pourtant là que nous pouvons radicalement inverser la donne. Nous pouvons largement décarboner nos mobilités, retisser du lien avec les territoires ruraux autour notamment de l’alimentation, largement végétaliser nos villes… Nous pouvons mobiliser des ressources incroyables pour engager la grande transition écologique qui s’impose.

"La crise de la Covid-19 a révélé les fragilités de nos systèmes économiques, sociaux et politiques." Grégory Doucet

Vous avez été élu Maire de Lyon en juin dernier. Quelles sont les priorités de votre mandat ?
 
Nous allons investir plus d’un milliard pour la transition écologique. Nous développons les mobilités douces, redonnons leur place aux piétons qui représentent un déplacement sur deux à Lyon, aux cyclistes dont le trafic explose, développons les transports en commun pour libérer les Lyonnaises et les Lyonnais de la voiture. Nous plantons également partout où cela est possible, nous créerons une forêt urbaine au cœur de la Part Dieu, un second poumon vert sur les Balmes de Fourvière, des vergers municipaux dans chaque arrondissement… Nous faisons aussi de Lyon la ville des enfants. Nous protégeons leur santé en mettant en place des cantines 100% bio approvisionnées par 50% de local. Nous débitumons les cours d’écoles pour qu’ils puissent mettre les mains dans la terre et retrouver la nature au cœur de leur espace récréatif. Faire de Lyon une ville résiliente passe par une multitude de politiques publiques, toutes appréhendées par le logiciel de l’écologie.