Share
3 questions à...
Politique de la ville
Alliance des territoires
Solidarités

Frédéric Leturque : « Aider à faire société est devenu notre première mission ! »

25/05/2021

Frédéric Leturque, Maire d'Arras et président de la Communauté urbaine d'Arras, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

FRANCE URBAINE : Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de Covid-19 dans la relation entre l’Etat et les collectivités locales ?
 
Frédéric LETURQUE : Avec cette crise, nous avons assisté à des évolutions dans les comportements et les façons de gérer le quotidien. Je pense notamment au couple Préfet-Maire qui s’est révélé, à la remise en question sur l’Agence régionale de santé (ARS), au décrochage de « l’État Central » vers les régions, les départements ou les communes. Il est nécessaire de revisiter tout cela, de s’en inspirer, de savoir en tirer les bonnes conclusions... mais surtout de conforter les Préfets de Département. Lors de cette crise ils ont souvent eu les pieds sur terre et il est important de le souligner. Peut-être que ce constat dérange d’ailleurs, à en croire le projet de suppression du corps préfectoral. Je peux en tous cas vous dire que sur le terrain, ce couple Préfet-Maire a été très performant et efficace.
 

« Sur le terrain, le couple Préfet-Maire a été très performant et efficace » Frédéric Leturque

La crise sanitaire entraîne de lourdes conséquences sociales, notamment pour les habitants des quartiers populaires. Comment faire en sorte que ces territoires ne soient pas les laissés-pour-compte ?
 
Les conséquences sociales sont à tous les étages, pas uniquement pour les quartiers populaires. Elles sont présentes et visibles au sein de toutes les catégories de la population. Les dégradations sociales nous préoccupent. Les décrochages sont des réalités forcément plus marquées chez certains de nos concitoyens, même si certaines initiatives réparatrices – distribution de colis alimentaires, dotations de tablettes ou d’ordinateurs – ont permis le maintien du lien entre les habitants (personnes âgées, parents, associations, institutions...) et la limitation des fractures qui se creusaient. Liées aux dégradations sociales, les confrontations sociales m’inquiètent. Affrontements, agressions gratuites, violences contre la police et les autorités… Si à Arras, les règles, les contraintes, les restrictions ont été respectées, ce qu’il se passe en France me questionne. Il est indispensable que les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité reprennent le dessus et que nous réapprenions à vivre ensemble.
 

« Les confrontations sociales m’inquiètent » Frédéric Leturque

La société est fragmentée et les valeurs républicaines sont mises à rude épreuve depuis plusieurs années. Comment « refaire société » ?
 
Faire société et aider à faire société est devenu notre première mission ! Nous, maires, devons favoriser le dialogue avec la population, entre nos concitoyens. Nous devons organiser la rencontre grâce aux projets. Les intercommunalités ont aussi le devoir de s’y mettre ! Les compétences sont aujourd’hui réparties et elles ne peuvent s’exercer dans de la différenciation de méthodes. Nous avons le devoir d’appliquer et de faire appliquer la considération du citoyen et en retour obtenir son respect et celui de l’autre. L’éducation reste pour cela une priorité, le cœur du réacteur de la République. Notre organisation en société a aussi besoin de tenir compte des évolutions de la vie. On ne vit plus ensemble aujourd’hui comme au sortir de la deuxième guerre mondiale. Notre société a bougé, nous devons en tenir compte. La poutre républicaine ne sera jamais figée ! 
 

« Aider à faire société est devenu notre première mission ! » Frédéric Leturque

Crédit photo : CU d'Arras