Share
Sécurité

Face au Covid-19, les élus de la commission « sécurité » de France urbaine sont pleinement mobilisés

15/04/2020

Les impacts de la crise sanitaire sur la sécurité et la tranquillité publiques sont nombreux et appellent à des stratégies communes au sein des grandes villes et intercommunalités.

La crise sanitaire sans précédent que nous traversons revêt de multiples facettes auxquelles les élus sont quotidiennement confrontés. Respect du confinement, protection des agents, violences familiales et conjugales, fermeture des marchés, couvre-feu, les impacts de la crise sanitaire sur les enjeux de sécurité et de tranquillité publiques sont nombreux et appellent à la définition de stratégies communes au sein des grandes villes et intercommunalités. C’est pourquoi, pilotée par son président Gaël Perdriau, la commission « sécurité » de France urbaine, qui rassemble les élus, adjoints à la sécurité et techniciens, se réunit régulièrement depuis le début du confinement pour faire un point sur la situation dans les territoires,  échanger sur les bonnes pratiques et arrêter des positionnement en communs en direction du gouvernement.
 
France urbaine, pleinement mobilisée auprès de ses membres, joue également plus que jamais son rôle d’interface avec le Gouvernement. La période actuelle, très évolutive, appelle à des adaptations permanentes et rapides. Dans ce cadre, France urbaine s’est adressée à plusieurs reprises au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner sur les principaux points de vigilance identifiés afin que ces enjeux soient effectivement pris en compte dans la définition et la mise en œuvre des politique de sécurité, notamment pour : 

  • Renforcer la coopération entre les forces de police nationale et police municipale dans un contexte inédit de maintien de l’ordre 
  • Assurer une application homogène des directives émanant du ministère de l’Intérieur en associant mieux les élus ;
  • En responsabilité, assurer collectivement, Etat et employeurs publics locaux, aux agents des polices municipales des conditions de travail sécurisées
  • Intégrer les policiers municipaux parmi les personnels prioritaires pour les gardes d’enfants, y compris en âge scolaire.

De façon complémentaire, France urbaine a dû interpeller le ministère de l’Intérieur sur des aspects plus techniques et notamment sur des modifications réglementaires permettant d’assurer un exercice efficient et efficace des pouvoirs de police du maire avec, par exemple, l’alignement du montant des amendes au même montant (135 euros) qu’il s’agisse d’une violation d’arrêté municipal ou préfectoral pris en cette période de crise ou encore la nécessité d’intégrer les agents de police municipale comme nationale parmi les personnels prioritaires pour les gardes d’enfants.