Share
Sport
Elections

Election présidentielle : France urbaine propose d’engager un véritable « Plan Marshall » pour le sport

17/03/2022

Dans son adresse à l’attention des candidats, France urbaine consacre une fiche au sport, comportant 13 propositions, avec un objectif clair : faire du sport un véritable projet de société.

Le 17 mars 2022, alors que les candidats à l’élection présidentielle participent au grand oral sur le thème du sport organisé par la Comité national olympique et sportif français (CNOSF), les élus des grandes villes, agglomérations et métropoles, réunis au sein de France urbaine, présentent leurs propositions en matière de sport.

Dans son adresse à l’attention des candidats à l’élection présidentielle, France urbaine consacre une fiche au sport, comportant 13 propositions concrètes, avec un objectif clair : faire du sport un véritable projet de société.

Le sport est appelé à jouer un rôle majeur dans notre société. Les politiques sportives couvrent de larges dimensions et contribuent à répondre aux enjeux sanitaires, environnementaux, économiques et avant tout de vivre-ensemble. Les grandes compétitions internationales que la France s’apprête à accueillir sont l’occasion de dresser des perspectives d’ensemble pour les politiques sportives, tandis que les enseignements de la crise sanitaire invitent l’ensemble des acteurs à définir de nouvelles priorités.

Il s’agit de réunir les conditions organisationnelles, humaines et financières pour donner aux politiques sportives les moyens de leurs ambitions et amplifier les leviers qui sont les leurs pour faire du sport un véritable projet de société. Dans cette logique, les collectivités territoriales, engagées dans la vitalité sportive du quotidien et de haut-niveau dans les territoires, souhaitent que le sport puisse être pleinement soutenu par le prochain exécutif, avec l’objectif de faire de la France une véritable nation sportive.

Les principales propositions de France urbaine :

  • Engager un véritable « Plan Marshall » pour le sport en France, mêlant financements publics et privés, au service de la rénovation du parc sportif existant et de la construction de nouveaux équipements structurants ;
  • Renforcer la solidarité financière du sport professionnel à l’endroit du sport amateur afin que « le sport finance le sport » ;
  • Réunir les conditions d’une assise populaire du sport, reposant sur le maillage d’équipements sportifs sur le territoire français ainsi que sur l’accompagnement et le développement de l’offre sportive ;
  • Explorer, au nom de la nouvelle gouvernance du sport, de nouveaux modèles juridiques, économiques et partenariaux entre le secteur public et le secteur privé concernant les équipements sportifs et l’offre sportive ;
  • Convenir d’une conception partagée de l’aménagement sportif du territoire, en appliquant la logique de la « ville du quart d’heure » et du « territoire de la demi-heure » aux équipements sportifs de proximité.

Avec la création de l’Agence nationale du sport, l’ambition de définir des politiques sportives associant l’Etat, le monde sportif, le monde économique et les représentants des collectivités territoriales est réelle. Cette nouvelle architecture institutionnelle doit désormais s’accompagner d’un véritable projet de société pour le sport, en lui donnant les moyens de ses ambitions. Elle doit faire coïncider le développement du sport du quotidien avec le soutien à la haute-performance, en offrant toute la latitude nécessaire aux collectivités et acteurs locaux dans la définition et l’orientation de politiques sportives, adaptées aux spécificités des territoires.
 

Il semble que votre navigateur ne soit pas configuré pour afficher les fichiers PDF. Télécharger Adobe Acrobat ou cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.

Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF.