Share
Santé

Déploiement de la campagne vaccinale : les données en open-data sont (enfin) disponibles

04/02/2021

Les élus de France urbaine avaient appelé le Gouvernement à une transparence renforcée sur le calendrier de livraison des doses vaccinales.

Par courrier collectif au Premier ministre en date du 27 janvier 2021, les élus de France urbaine, réunis en conseil d’administration « Covid-19 » le 26 janvier, ont appelé le Gouvernement à une transparence renforcée sur le calendrier de livraison des doses vaccinales, condition sine qua non pour permettre le calibrage des centres de vaccination et des plateformes de prises de rendez-vous mais aussi pour donner des perspectives à leurs populations, pour lesquelles la vaccination reste le principal espoir de sortie de crise. De nouvelles données territorialisées ont été publiées et une visibilité des livraisons, jusqu’au 1er mars 2021 à ce stade (4 semaines glissantes) sera très prochainement accessible en ligne.
 
Transparence sur la livraison des doses : des données déjà en ligne et la publication à venir des livraisons prévisionnelles par établissement-pivot
 
Le ministère des Solidarités et de la Santé s’est engagé à publier, en open-data, les données relatives à la stratégie vaccinale, à l’échelle des régions, des départements et des centres de vaccination/établissements de santé. Sont d’ores et déjà disponibles en ligne les données relatives :
 

Comme le demandait France urbaine, de nouvelles données relatives à l'allocation des doses par centre/établissement - avec une prévision sur 4 semaines glissantes – viendront très rapidement compléter ces données permettant de donner une visibilité jusqu’au 1er mars.
 
Par ailleurs, après les difficultés rencontrées dans la prise de rendez-vous (report et déprogrammations de certains rendez-vous, liés également à la baisse de livraisons de certains fournisseurs pharmaceutiques), dès le 5 février, de nouveaux rendez-vous seront ouverts progressivement. Voici ci-après le calendrier transmis par le ministère :

  • Primo-vaccination à compter de la deuxième quinzaine de février, avec assez peu de nouveaux rendez-vous en raison des personnes nombreuses inscrites sur les listes d’attente (avec secondes injections à compter de la deuxième quinzaine de mars) ;
  • Dès le début de la semaine du 8 février, des rendez-vous seront ouverts pour le mois de mars, permettant de satisfaire les demandes qui ne le sont pas aujourd’hui.

 
Pfizer, Moderna, Astrazeneca : trois vaccins approuvés en France et un calendrier prévisionnel de déploiement
 
Trois vaccins disposent désormais d’une autorisation de mise sur le marché (AMM), avec agrément de la Haute autorité de santé (HAS) :

  • Pfizer : le déploiement se poursuit vers les centres de vaccination (via les établissements pivots et en fonction d’une répartition démographique liée à la proportion de plus de 75 ans et de personnels soignants de plus de 50 ans vulnérables) et les EHPAD (en vue du rappel vaccinal mais aussi vers les résidents qui n’avaient pas souhaité se faire vacciner initialement mais souhaitent désormais le faire) ;
  • Moderna : après une phase de priorisation des territoires en forte tension épidémique, l’accroissement progressif des livraisons (230.000 doses livrées d’ici la fin de semaine et 100.000 déjà reçues) va permettre d’approvisionner désormais toutes les régions (53 établissements concernés), en fonction de la proportion démographique du public cible (cf. Pfizer) ;
  • Astrazeneca : la HAS a ciblé l’usage du vaccin vers les professionnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans, les données n’étant pas assez robustes s’agissant des personnes âgées. 280.000 doses seront livrées le 5 février, 300.00 la semaine du 8 février et 2,5 millions d’ici la fin février. Le déploiement se fera en trois temps :
    • D’abord les personnels soignants de moins de 50 ans, avec une allocation des doses en fonction de la proportion de la population cible dans chaque région (1 million de personnes) : la vaccination devrait se faire dans les centres des établissements de santé, pour des raisons d’approvisionnement qui imposent de privilégier la concentration des doses (en flacons multi-doses) dans des endroits précis ;
    • A compter de la mi-février/début-mars : élargissement aux 50-64 ans avec comorbidités (2 millions de personnes), avec un déploiement progressif vers la ville via les officines ;
    • A partir de mars : élargissement aux 50-64 ans sans comorbidités, avec une ouverture probable du geste vaccinal aux pharmaciens et aux sages-femmes.

 
« Aller-vers » : une instruction en cours de finalisation pour aller vers les populations qui ne peuvent se déplacer
 
Un protocole est en cours de rédaction, visant à préciser les solutions mobiles et « d’aller-vers » :

  • Les publics cibles : il s’agit des personnes qui ne peuvent se déplacer en raison de leur état de santé, de leur précarité, de leur éloignement géographique des lieux de vaccination
  • Le protocole, qui se veut souple, désignera les différents outils et modalités envisageables, qu’il s’agisse d’équipes mobiles, souvent déjà déployées sur les territoires, de la vaccination à domicile (avec un élargissement prévu aux infirmiers qui pourront vacciner sans présence de médecins) et du transport vers les centres de vaccination, avec un appui à la prise de rendez-vous et la réservation de créneaux dédiés ;
  • Des fiches seront élaborées, permettant de fixer un cadre adapté sur le terrain : s’agissant du repérage, le rôle des acteurs locaux – et notamment des CCAS – sera rappelé. Le déploiement de ces solutions fera l’objet d’une réflexion au sein de chaque cellule départementale de vaccination.

France urbaine a rappelé à ses interlocuteurs ministériels la nécessité de partir des initiatives de terrain et de les accompagner sans les contraindre sur le modèle des Vacci’Bus à Reims. Le Ministère de la Santé indique avoir cette ambition d’un cadre souple, conscient de l’existant. Par ailleurs, un décret de la Direction de la sécurité sociale devrait très prochainement permettre la prise en charge du transport par l’Assurance maladie (transport sanitaire) sur prescription médicale. Une instruction est enfin en cours de finalisation, rappelant que, pour les résidences seniors et les résidences autonomie, la vaccination peut se faire soit via des équipes mobiles (pour les personnes peu autonomes) soit via la prise de rendez-vous dans les centres de vaccination.
 

Quelques chiffres :
 

  • 9 millions de Français sont aujourd’hui éligibles à la vaccination : il s’agit des personnes âgées résidentes d’établissements, des personnes de plus de 75 ans, des professionnels de santé à risque et d’autres publics intervenants (aides à domicile notamment).
  • Au 3 février, 1,68 million de personnes ont reçu au moins une injection et 140.000 une seconde. S’agissant des EHPAD, 60% des résidents ont reçu au moins une première injection (soit 360.000 résidents).
  • 1069 centres de vaccination ont ouvert au niveau national, dont 966 ont vacciné sur la journée du 3 février, avec une moyenne quotidienne de 60 rendez-vous par centre de vaccination.