Share
3 questions à...
Economie des territoires
Economie circulaire - ESS

David Marti : « Nous devons être inventifs, offensifs et audacieux »

20/10/2020

David Marti, président de la communauté urbaine du Creusot-Montceau, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de Covid-19 dans la relation entre l’Etat et les collectivités locales ?

J’ai toujours été un ardent défenseur de la décentralisation et cette crise me renforce encore dans cette conviction si besoin en était. La crise sanitaire que nous traversons démontre à quel point tout ne peut pas être décidé depuis Paris, sans concertation avec les élus locaux qui ont la connaissance du terrain et portent directement la mise en œuvre d’une partie des mesures décidées à l’échelle nationale.
De l’Etat jusqu’à la plus petite commune, nous avons tous dû nous adapter à cette situation totalement inédite. Localement, nous nous sommes fait le relais de l’Etat pour que les mesures de lutte contre la pandémie soient correctement appliquées, nous avons coordonné la fabrication de masques et leur distribution auprès de nos habitants, nous avons travaillé sur la mise en place des protocoles dans nos écoles, nous nous sommes assurés que les étudiants étrangers de nos campus, dont certains n’ont pu rentrer chez eux cet été, avaient de quoi se loger et se nourrir…
Mais la crise sanitaire a aussi mis en exergue des situations absurdes. Je ne peux pas oublier l’appel au secours d’un collègue de France urbaine pour trouver des lits disponibles alors que son CHU était saturé. Nous avons été plusieurs à trouver des lits auprès de nos structures hospitalières locales mais les ARS, pourtant informées, en ont décidé autrement. C’est difficile à comprendre…
Nous devons construire un avenir plus juste, plus social, plus solidaire et résolument tourné vers l’humain. Nous ne pourrons le faire sans un service public adapté aux besoins de nos concitoyens, qui assure à chacun l’accès à l’éducation, à la culture, aux services de santé dont il a besoin...
La décentralisation est une nécessité pour un service public performant dans tous les territoires. C’est pourquoi la décentralisation doit être renforcée et dotée de moyens à la hauteur de ce qu’elle mérite. Sans cela, ce sera une réforme cosmétique, de façade…
 

"Je ne peux pas oublier l’appel au secours d’un collègue de France urbaine pour trouver des lits disponibles alors que son CHU était saturé." David Marti

 
Quel rôle les territoires urbains peuvent-ils jouer dans la relance et le « monde d’après » ?

A mon sens, la pire erreur à commettre serait d’avoir une attitude frileuse, de se servir de cette pandémie comme d’un paravent pour rentrer aux abris ! Au contraire, je suis intimement convaincu que, dans cette période difficile, il faut nous fixer des objectifs plus ambitieux que jamais pour accompagner la relance économique, pour inscrire nos territoires dans une dynamique forte. Ce qui, dans un contexte financier incertain, va nécessiter d’être inventifs, offensifs et audacieux.
A l’échelle de la communauté urbaine Creusot Montceau, j’ai initié des Assises de la relance économique. J’ai en effet souhaité mobiliser l’ensemble des acteurs économiques et ouvrir une large concertation, qui a démarré en mai par la diffusion d’un questionnaire sur les mesures à prendre pour permettre au territoire de rebondir.
Ces Assises sont la première étape d’une démarche collective de longue haleine, dont la communauté urbaine doit être la locomotive. L’objectif est d’élaborer ensemble, avec les acteurs du monde économique, la stratégie et le plan d’actions qui nous aideront à surmonter la crise, à mieux tirer parti de nos points forts et à corriger nos points faibles. Je pense pour ma part que nous devons favoriser le développement de l’économie sociale et solidaire, qui doit prendre une plus large part dans notre tissu économique. C’est essentiel pour l’avenir.

"A l’échelle de la communauté urbaine Creusot Montceau, j’ai initié des Assises de la relance économique." David Marti

 
Vous venez d’être réélu Président de la Communauté urbaine Creusot Montceau. Quelles sont les priorités de votre mandat ?

Pour certaines générations, notre territoire est, plus ou moins consciemment, associé à la fermeture de Creusot-Loire et à celles des mines dans le bassin montcellien. Pourtant, nous avons su rebondir, réussir notre réindustrialisation, préserver l’innovation et des savoir-faire très pointus, dans la métallurgie en particulier. La présence de groupes de renommée internationale, comme Alstom, ArcelorMittal, Framatome, Michelin ou Safran, en témoigne. Nous avons aussi été aux côtés d’entrepreneurs pour structurer une filière spécialisée dans le ferroviaire, plus précisément dans la maintenance d’engins de travaux mobiles, qui est devenue une référence nationale.
Au-delà de ces atouts économiques, notre territoire offre une certaine douceur de vivre : de jolis paysages bocagers traversés par le canal du Centre, des villes moyennes qui proposent tous les services dont ont besoin les familles, un campus universitaire à taille humaine, une offre culturelle, sportive et de loisirs dont nous n’avons pas à rougir. Et l’on peut facilement s’accorder une escapade à Paris ou à Lyon, qui sont respectivement à 1h20 et 40 mn en TGV.
Comme bien des territoires industriels confrontés à des crises, nous nous sommes battus pour réussir notre réindustrialisation. Mais peut-être parce que nous nous sommes concentrés sur cet objectif, peut-être aussi parce nous sommes trop modestes, nous n’avons pas assez travaillé sur notre image, nous n’avons pas assez valorisé nos atouts. Dans un monde de plus en plus mobile, de plus en plus digitalisé, les citoyens et les acteurs économiques ont la possibilité de choisir où ils souhaitent s’implanter. L’attractivité déterminera donc leur choix. C’est pourquoi nous devons faire reconnaître notre territoire, ses atouts, son potentiel, à sa juste valeur. Ce sera un axe majeur de ce mandat.
 

"Nous devons faire reconnaître notre territoire, ses atouts, son potentiel, à sa juste valeur." David Marti