Share
Culture

Conseil des territoires pour la Culture : préparons l’avenir de notre modèle culturel

15/12/2021

Le 14 décembre 2021, le Conseil des territoires pour la Culture a réuni la ministre de la Culture, aux côtés des représentants des associations d’élus et d’acteurs culturels.

Le Conseil des territoires pour la Culture (CTC) a réuni le 14 décembre 2021 la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, aux côtés des représentants des associations d’élus et d’acteurs culturels.

Plan de relance : le temps d’un pré-bilan

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, a ouvert le Conseil des territoires pour la Culture en ciblant les dépenses financières du Plan de relance, appuyé par une présentation du secrétariat général du ministère de la Culture. Selon un modèle « ex-ante » et « post » crise en matière d’enjeux culturels, il s’agit pour le Plan de relance de « reconstruire les secteurs culturels et de refonder les politiques culturelles, afin de pouvoir soutenir les reprises d’activité et se projeter dans l’avenir ».
Sur les 2 milliards d’euros, le secrétariat général a rappelé les différents fléchages, portant sur 5 principaux pôles : la restauration du patrimoine, l’aide au spectacle vivant et aux établissements publics de création, le soutien aux artistes et jeunes créateurs, la consolidation des filières culturelles stratégiques, des investissements d’avenir pour les industries culturelles et créatives.

Dans le prolongement de la territorialisation du Plan de relance, la question de la déconcentration des crédits culturels a également été abordée. La ministre a précisé qu’en 2022, 962 millions d’euros seront gérés par les DRAC, soit 4% en plus que l’exercice 2021. Depuis 2017, le budget des DRAC aura augmenté de 27%.
Cette dimension d’ensemble, le Sénat l’a abordée dans le récent Rapport dédié à la territorialisation des crédits du Plan de Relance. Il en ressort plusieurs enseignements, dont l’un porte notamment sur une déconcentration plus aboutie des crédits culturels, qui pourrait transiter via les Conseils locaux des territoires pour la culture (CLTC) et que le Sénat souhaiterait voir porter à 20% des crédits culturels de l’Etat.

Questionner la gouvernance culturelle à l’aune de la crise sanitaire

Olivier Bianchi, Maire de Clermont-Ferrand, président de Clermont-Auvergne Métropole, a fait sien le rapport du Sénat concernant cette territorialisation des financements culturels, et plus globalement de gouvernance culturelle. Membre titulaire du CTC pour France urbaine, il a insisté sur la périodicité qui devait régir les échanges entre l’Etat et les collectivités territoriales, lesquels devaient œuvrer pour une « collégialité ». En ce sens, l’arrêté du 12 juin dernier retoilettant les CTC consolide sa fonction d’instance nationale de dialogue, tandis qu’il officialise la création des « Conseils locaux des territoires pour la Culture » (CLTC).
Cette instance locale constitue bien le reflet des politiques culturelles que nous souhaitons voir appréhender davantage en territorialité, avec des échanges entre acteurs locaux de la culture. Une réflexion mériterait néanmoins d’être portée, à la faveur d’un temps politique et institutionnel opportun, sur la façon dont la territorialisation peut s’exprimer : en d’autres termes, quelles marges de manœuvres pour les CLTC ? Quelles latitudes dans l’orientation voire l’affectation des crédits afférents à la Culture ?
 
La montée en puissance des instances territoriales et leur généralisation concernent également les comités régionaux des professions du spectacle (COREPS), dont la nouvelle circulaire portant sur leur redéploiement a été présenté par Christopher Miles, Directeur général de la création artistique. La mise en place des COREPS devra être effectif sur l’ensemble du territoire national au plus tard le 30 juin 2022. Instances de concertations, ils couvrent sur un périmètre régional les branches professionnelles du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel, autant pour les activités du secteur privé que celles du secteur public. Les collectivités territoriales disposeront par ailleurs d’une place de choix en leur sein, symbolisant l’institutionnalisation du dialogue territorial entre acteurs culturels.

Investir la culture par l’égalité et la transition écologique : les actualités

Agnès Saal est intervenue en CTC pour présenter le Plan d’action égalité dans la culture, lequel mentionne plusieurs orientations et « bonnes pratiques » qui pourraient être déclinées dans l’ensemble des secteurs culturels, au national comme au local. France urbaine s’est toujours montée très favorable sur les principes et les modalités de mises en œuvre : la dimension « égalité » est portée de manière différente dans les grandes villes et métropoles, mais avec une convergence politique et technique pour tendre vers l’égalité dans la culture et la représentativité des femmes dans le secteur culturel. Un groupe de travail rattaché à la commission "Culture" de France urbaine se tiendra en début d’année 2022 pour préciser ce rapport et évaluer son atterrissage territorial.

Christopher Miles est revenu sur la 3e édition des Etats généraux des festivals et sur la charte de développement durable pour les festivals, dont les orientations et les indicateurs présagent bien d’une coopération entre organisateurs de festivals et collectivités locales, elles qui disposent de leviers considérables pour faire de la culture une dimension à part entière de la transition écologique. Là encore, France urbaine veillera à ce qu’un canevas puisse être rapidement défini et proposé aux festivals, de sorte à soustraire le plus de contraintes dans la définition des indicateurs. Enfin, Sébastien Cavalier, président de la SAS Pass Culture, a réalisé un nouveau point d’étape du Pass Culture et de son élargissement à venir à partir des élèves de quatrième jusqu’à la terminale. La commission "Culture" de France urbaine l’avait reçu quelques jours plus tôt, avec plusieurs points de précisions.