Share
3 questions à...
Economie des territoires
Transition écologique
Participation citoyenne

Christophe Béchu : "La concertation est le meilleur moyen de développer le sentiment d’appartenance à une communauté locale"

29/09/2020

Christophe Béchu, réélu Maire d'Angers et président d'Angers Loire Métropole, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de la Covid-19 dans la relation entre l’Etat et les collectivités locales ?

Cette crise sanitaire a mis en valeur l’étroite collaboration qui, en pareilles circonstances, doit exister entre le préfet et le maire. Le préfet, c’est le représentant de l’Etat, le relais du gouvernement. Le maire, c’est l’élu local qui vit chaque jour au plus près de ses concitoyens, qui est interpellé quotidiennement par ces derniers. Cette collaboration était nécessaire.
En Maine-et-Loire, je peux dire que ce tandem a très bien fonctionné et que la relation de confiance nous a permis de prendre les bonnes décisions et donc d’être efficaces.
Cela dessine un chemin à suivre sur une refondation des relations entre l’Etat et les collectivités locales. On voit bien que dans la dernière ligne droite, ce sont les collectivités locales qui sont à l’ouvrage. Cela milite pour un peu plus de souplesse dans la mise en œuvre des orientations nationales.
 

"Le maire, c’est l’élu local qui vit chaque jour au plus près de ses concitoyens" Christophe Béchu

Quel rôle les territoires urbains peuvent-ils jouer dans la relance et le monde d’après ?

Les territoires urbains sont en première ligne face à la pandémie de Covid-19. C’est là, en effet, que le brassage de la population est le plus intense. Mais ils se sont révélés être les premiers remparts face à la crise sanitaire, aussi parce que les élus locaux ont pris leurs responsabilités en imposant dès le début des mesures énergiques pour protéger la population et enrayer la propagation du virus.
Le rôle d’une ville et d’une intercommunalité est vital quand il s’agit d’établir un plan de relance. A Angers, nous avons pris des mesures pour soutenir l’activité économique. Nous avons pleinement joué notre rôle, d’autant qu’ayant été réélus avec mes colistiers au premier tour des municipales le 15 mars, nous avons pu éviter toute rupture dans la commande publique. Cela a été bénéfique au tissu économique angevin. A notre échelle, début juillet, avec les 28 maires de la Communauté urbaine, nous avons officialisé l’engagement de la Communauté urbaine dans un Contrat de transition écologique (CTE) signé avec l’Etat. Cette démarche volontariste s’inscrit dans le processus de transition écologique que la collectivité a lancé il y a plusieurs années et qui s’est concrétisé en 2019 par la mise en place d’un plan global à l’échelle communautaire.
Notre stratégie repose en particulier sur un très ambitieux projet de territoire intelligent. Dans le cadre d’un marché global de performance de 170 millions d'euros, nous allons créer les infrastructures capables de communiquer entre elles afin d’améliorer le pilotage des services publics et leur relation aux usagers, créer de nouveaux usages mais surtout réduire notre empreinte écologique notamment par des économies d’énergie massives.
 

"Le rôle d’une ville et d’une intercommunalité est vital quand il s’agit d’établir un plan de relance." Christophe Béchu

Vous venez d’être réélu maire d’Angers et président d’Angers Loire Métropole. Quelles sont les priorités de votre mandat ?

La période exceptionnelle que nous vivons nous contraint à revisiter ce que nous avions imaginé pour les années qui viennent. Nous accomplissons ce travail avec humilité mais aussi avec beaucoup de détermination. Si nous retravaillons nos priorités et le calendrier des réalisations, il y a trois domaines que j’ai décidé de sanctuariser : 1. La rénovation urbaine, parce que c’est l’amélioration des conditions de logement de ceux qui en ont le plus besoin ; 2. La transition écologique, car il y a nécessité de passer la vitesse supérieure dans ce domaine, dans le prolongement de ce qu’un territoire comme le nôtre a déjà réalisé ces dernières années ; 3. La culture, parce que c’est le supplément d’âme dont nous avons besoin collectivement pour nous aider à surmonter les difficultés auxquelles nous sommes confrontés.
J’ajoute que plus que jamais – et la période de confinement l’a confirmé - la concertation avec les habitants est primordiale. C’est le meilleur moyen de développer ce sentiment d’appartenance à une communauté locale, de construire ce vivre ensemble auquel tout le monde aspire, dans un contexte où la crise sanitaire renforce la peur de l’autre.
 

"La concertation est le meilleur moyen de développer le sentiment d’appartenance à une communauté locale" Christophe Béchu


Crédit photo : Ville d'Angers