Share
Economie des territoires
Tourisme

Attractivité des territoires urbains : France urbaine lance un groupe de travail

06/05/2021

France urbaine vient de constituer un groupe de travail « attractivité », qui mêlera des temps d’échange avec des universitaires et des professionnels mais aussi la production d’études.

La Commission "Économie des territoires" de France urbaine, co-présidée par Michèle Lutz, maire de Mulhouse et Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole a défini sa feuille de route en février dernier et avait identifié la nécessité de travailler sur les nouveaux paramètres et outils de l’attractivité.

Ainsi, France urbaine vient de constituer un groupe de travail « attractivité », composé d’élus et de techniciens, pour travailler sur ces questions, qui mêlera des temps d’échange avec des universitaires et des professionnels mais aussi la production d’études.

Cette initiative, menée en partenariat avec la Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial (A&NMT) de l’Université d’Aix-Marseille, doit permettre de valoriser les actions menées sur les territoires urbains, notamment lors du Place Marketing Forum organisé à Marseille les 16 et 17 septembre prochain et de capitaliser sur ce dynamisme, par la réalisation de guides de bonnes pratiques, de recueils de cas pratiques ou de publications de recherche

Les territoires urbains engagés dans de nombreux chantiers de révision stratégique

Plusieurs métropoles et agglomérations sont engagées dans d’importantes révisions de leurs stratégies et outils d’attractivité, telles que Dijon Métropole, Bordeaux, Marseille, Amiens Métropole, Toulouse Métropole ou Grenoble Alpes Métropole.
 
À travers leurs dynamiques et projets respectifs, la diversité des approches et l’importance des mouvements en cours sont réels. Ils permettent de distinguer des premières tendances de fond :
  • la gouvernance et le partenariat doivent prévaloir sur les questions de marque ;
  • l’anglicisme des marques peut être, selon les contextes et territoires, perçu de façon dynamique ou contre-productive ;
  • la priorité est clairement donnée aux acteurs du territoire, aux habitants, à leur qualité de vie : ils deviennent les fondements d’une attractivité renouvelée et plus durable et incarnée ;
  • les marques se font plus discrètes et moins indispensables, de même que les événements et campagnes de communication ;
  • ces évolutions permettent à l’attractivité de rejoindre progressivement les autres politiques publiques locales, d’en devenir partie prenante et de ne plus être positionnées en « électrons libres ». C’est une opportunité d’envergure ;
  • les formats et stratégies d’agence connaissent actuellement des évolutions très diversifiées. les ressources de ces organismes sont également en pleine mutation (Amsterdam and Partners).

"Hellolille" : première étude de cas, premiers enseignements

Finalisée en janvier 2021, l’agence d’attractivité de la Métropole européenne de Lille incarne la « nouvelle génération » des outils de prospection et de rayonnement, adressant des cibles touristiques et entrepreneuriales, animant un réseau d’ambassadeurs (capé à 2 000 membres) et une marque dédiée, dont elle est propriétaire. Sous format associatif, financée majoritairement par la Métropole Européenne de Lille, elle travaille à la diversification de son financement à l’issue d’un retrait progressif de la CCI. Engagée dans un rapprochement avec l’Office de Tourisme de la Ville de Lille, elle travaille actuellement à son articulation avec l’agence régionale et densifie sa veille post-Brexit.