Share
3 questions à...
Santé
Economie des territoires
Transition écologique
Solidarités

Anne Hidalgo : « Les villes montrent qu’elles sont plus fortes lorsqu’elles parlent d’une même voix »

27/04/2021

Anne Hidalgo, Maire de Paris, a accordé un entretien à France urbaine HEBDO.

Selon vous, qu’a révélé la crise sanitaire de la Covid-19 dans la relation entre l’État et les collectivités locales ?
 
La crise à laquelle nous sommes confrontés depuis un an nous oblige à faire preuve de modestie et à coopérer. Nous devons unir nos forces, nos compétences, nos expériences pour lutter contre le virus. C’est pourquoi dès le début, Paris s’est associée aux services de l’État pour partager ses informations sur la propagation du coronavirus. Très vite, le couple maire/préfet a prouvé son efficacité pour répondre à l’urgence. Trop souvent pourtant, l’État a décidé seul, sans associer les collectivités locales. À maintes reprises, j’ai interpellé le gouvernement pour alerter sur le manque de concertation et l’inefficacité de l’exécution qui a pu en découler. Face à cette déconnexion, la ville de Paris a été amenée à agir au-delà de que ce que préconisaient les mesures gouvernementales, notamment en matière de dépistage (en testant systématiquement les résidents asymptomatiques en EHPAD) ou concernant l’ouverture des parcs et des jardins. Aujourd’hui encore, je déplore que les collectivités locales ne soient pas mieux associées à la stratégie vaccinale. Pour accélérer la vaccination, l’État doit s’appuyer sur la réalité du terrain. Même chose pour le plan de relance : en étant les premières à soutenir l’investissement en France, les collectivités locales doivent bénéficier de davantage de financements pour bâtir un nouveau modèle économique répondant à l’urgence climatique. 
 

« Très vite, le couple maire/préfet a prouvé son efficacité pour répondre à l’urgence » Anne Hidalgo

Quel rôle les territoires urbains peuvent-ils jouer dans la relance et le « monde d’après » ?
 
Les villes sont en première ligne en matière de gestion de crise et, parce qu’elles rencontrent les mêmes difficultés, ont tout intérêt à coopérer. Tout au long du confinement, les échanges entre les villes adhérentes à France urbaine nous ont ainsi permis de relayer nos préoccupations en tant que maires.
Au-delà de la crise sanitaire, les villes sont au cœur de la lutte contre l’urgence climatique. Là encore, elles montrent qu’elles sont plus fortes lorsqu’elles parlent d’une même voix. Cinq ans après les accords de Paris, ma conviction n’a pas changé : c’est par l’action concrète, à l’échelle locale, que l’on peut réduire l’élévation des températures. Ce n’est pas un hasard si le C40, le plus grand réseau d’agglomérations réunissant plus de 85 métropoles, et à laquelle Paris participe activement, voit son influence grandir chaque année au sein des négociations internationales en faveur du climat.
Les villes seront au cœur du « monde d’après » où tout devra être réinventé dans nos manières de nous déplacer, de consommer, de voyager. Elles devront permettre aux jeunes générations de s’épanouir et d’agir. C’est l’ambition de l’Académie du climat qui ouvrira ses portes en septembre où les jeunes Parisiennes et les jeunes Parisiens pourront apprendre et développer de nouveaux outils pour lutter contre le dérèglement climatique.
 

« Les villes seront au cœur du « monde d’après » où tout devra être réinventé dans nos manières
de nous déplacer, de consommer, de voyager » Anne Hidalgo

Vous venez d’être réélue maire de Paris. Quelles sont les priorités de votre mandat ?

J’ai été réélue sur un programme faisant de la solidarité, de l’écologie et de la démocratie le cœur de mes priorités. Une ville solidaire, c’est protéger et prendre soin de celles et ceux qui en ont le plus besoin. À l’urgence de la crise sanitaire s’est ajoutée l’urgence sociale. La pandémie a exacerbé les inégalités et fait basculer de plus en plus de personnes dans la précarité. Je pense bien évidemment aux étudiantes et aux étudiants qui paient un lourd tribut. C’est aussi pour eux que nous tiendrons notre objectif de 25% de logement social d’ici 2025. Réparer c’est aussi permettre à celles et à ceux qui arrivent à Paris de bénéficier d’un accueil. C’est ce que nous avons fait en ouvrons récemment une halte humanitaire dans l’ancienne mairie du 1er arrondissement.
Sur l’écologie, pour protéger notre santé et préserver notre biodiversité, nous allons mettre plus de nature en ville, partout où c’est possible. Pour la seule année 2021, plus de 10 axes de la capitale seront végétalisés, un nouveau parc de 3 hectares ouvrira dans le 20ème arrondissement et le centre de Paris sera piétonnisé. L’accès de la capitale sera interdit aux véhicules les plus polluants.
Enfin, la démocratie parisienne doit vivre et c’est pourquoi je veux donner plus de pouvoir aux maires d’arrondissement et encourager les Parisiennes et les Parisiens à formuler leurs propositions, notamment dans le cadre du budget participatif. Permettre à toutes et à tous de s’exprimer c’est aussi veiller à ce que chacune et chacun trouve sa place dans notre ville. C’est pourquoi l’égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre toutes les formes de discrimination et l’accessibilité des personnes handicapées seront au cœur de ma mandature.
 

« La solidarité, l’écologie et la démocratie sont au coeur de mes priorités pour les Parisiennes et les Parisiens » Anne Hidalgo

Crédit photo : © Henri Garant / Ville de Paris.