Sécurité
20 octobre 2016

Troisième commission sécurité de France urbaine

Présidée par Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de la communauté urbaine Saint-Etienne Métropole et François Rebsamen, maire de Dijon, président de la CU du Grand Dijon, la commission sécurité de France urbaine s’est réunie pour la troisième fois le 12 octobre dernier. Réunissant une trentaine de participant, elle fut l’occasion pour les élus et techniciens des grandes villes de revenir sur la rencontre du 7 juillet avec Bernard Cazeneuve, mais aussi  sur les débats autour des mesures de sécurité induites par l’instruction du 29 juillet 2016 relative aux mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires à la rentrée scolaire 2016 qui avait provoqué de nombreuses réactions d’élus locaux tant sur les frais inhérents aux différentes mesures à mettre en place que sur l’impératif respect de la libre administration des collectivités territoriales dans la sécurisation de leurs espaces. Les participants restent dans l’expectative et sur l’obtention des crédits supplémentaires du Fonds interministériel de prévention de la délinquance abondé à 50 millions d’euros et sur le niveau de sécurisation attendu. Pour tous, si des orientations nationales plus précises sont souhaitées, les réponses à apporter doivent être réalisées au plus près des réalités territoriales.

Les participants ont débattu autour de deux problématiques : l’accompagnement des personnes marginalisées ou en errance et la petite délinquance.

La première séquence, introduite par la Première adjointe au maire de Grenoble, Elisa Martin, fut l’occasion pour chacun d’exposer les réponses, entre mesures répressives et prise en charge sociale en partenariat avec les associations, apportées à une population diversifiée : SDF, jeunes en difficulté sociale, en rupture, gens du voyage, routards …

Le second volet a fait l’objet d’échanges autour de la problématique du partenariat entre police nationale et police municipale, les participants s’interrogeant sur les effectifs de police nationale dans les grandes villes. Tous constatent que la petite délinquance est aujourd’hui « négligée » dans un contexte de réduction des effectifs et face aux autres enjeux de sécurité. Elus et techniciens se sont accordés sur le constat selon lequel la petite délinquance est souvent liée à la consommation de drogue, sujet qu’il sera nécessaire d’approfondir lors d’une prochaine commission.

La prochaine commission sécurité se tiendra le mercredi 7 décembre 2016.

Date: 
Jeudi, 20 octobre, 2016