Sécurité

La sécurité fait partie de longue date des premières préoccupations des Français. Au-delà du contexte actuel de lutte renforcée contre le terrorisme, les Maires et leurs équipes agissent historiquement en faveur du maintien de l’ordre, de la salubrité et de la tranquillité publics, sur leur territoire.

Evolution des missions de la police municipale en lien avec leur éventuel armement, vidéo-protection, coordination avec les services de police nationale, lutte contre les addictions, prévention de la délinquance et de la radicalisation….autant de sujets abordés par les élus responsables de la sécurité au sein des instances de France urbaine.

 

Ci-dessous les dernières notes d'actualité sur le sujet :

 

 

Le 17 mai 2018, Alice Thourot, députée de la Drôme et Jean-Michel Fauvergue, député de Seine et Marne, recevaient une délégation de France urbaine composée de François Poletti, adjoint au Maire d’Argenteuil et Jean-Yves Sécheresse, adjoint au Maire de Lyon.

Faisant suite à l’atelier « sécurité » qui s’était tenu lors des Journées Nationales de France urbaine à Dijon, cette audition s’inscrivait dans le cadre de la mission parlementaire chargée de réfléchir au renforcement de la coopération entre acteurs publics et privés de sécurité.

dans 

France urbaine a réuni le 15 mai un premier groupe de travail des correspondants CLSPD et CMSPD des  grandes villes et métropoles.
Une quinzaine de techniciens a ainsi échangé autour de la déclinaison locale du plan national de prévention de la radicalisation, de la médiation sociale et des données nécessaires à l’alimentation d’observatoires locaux de la délinquance.

A la veille du lancement des 2èmes Journées Nationales de France urbaine, la ville de Dijon et sa première adjointe en charge notamment de la sécurité, Nathalie Koenders  a reçu France urbaine, le 4 avril, pour une visite du centre de supervision urbain (CSU).

Qu’il s’agisse de sécurité publique, de lutte contre le terrorisme ou de prévention de la radicalisation, les conditions et la qualité du dialogue entre l’Etat et les collectivités déterminent l’efficacité de politiques de sécurité. Forte de ce constat, France urbaine a naturellement pris toute sa place dans la concertation initiée par le Gouvernement pour mettre en place une Police de Sécurité du Quotidien (PSQ), en proposant une  gouvernance  partagée  des  politiques de sécurité publique associant acteurs locaux et nationaux.

La commission sécurité de France s’est à nouveau réunie, sous la Présidence de Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole, mercredi 28 février 2018. L’occasion de revenir sur les « premiers pas » des territoires expérimentateurs de la police sécurité du quotidien (PSQ) et sur les récentes annonces du ministre de l’Intérieur sur les moyens humains et matériels associés. Si tous se félicitent des moyens supplémentaires alloués aux quartiers sélectionnés, il n’en demeure pas moins que l’inquiétude de la réaffectation des moyens d’un territoire à l’autre au sein des communes mais aussi entre communes est relayée. Pour la plupart, « tout reste à construire », et ce, selon les spécificités locales. Partager la gouvernance, veiller à la préservation des moyens, renouveler les méthodes de travail, autant d’enjeux générés par l’expérimentation de la PSQ. Afin d’en assurer le suivi, mais aussi d’en partager une évaluation avec le gouvernement, les élus de la commission, dont la plupart sont représentés au sein de l’expérimentation, ont décidé de la mise en place d’un comité de suivi et d’évaluation de celle-ci.  Ce comité permettra le partage d’expérience et de bonnes pratiques entre les territoires ainsi que la remontée d’observations, de problématiques et d’axes de progrès auprès du ministère de l’Intérieur.