Culture et attractivité du territoire

France urbaine à vocation à participer à la co-construction des politiques publiques culturelles dans une démarche partagée avec tous les acteurs de la culture, institutionnels et professionnels, tant au niveau national que dans les territoires. Elle promeut le développement de l’éducation artistique et culturelle pour le plus grand nombre afin de faciliter le vivre-ensemble. En identifiant les ressorts de l’économie créative, elle cherche à favoriser l’emploi.

 

Ci-dessous les dernières notes d'actualité sur le sujet :

 

 

France urbaine a rencontré la ministre de la Culture à deux reprises en une semaine, en ce début d’automne. Deux rencontres pour faire le point sur les sujets en cours, le manifeste de France urbaine, et réaffirmer la place des grandes villes et agglomérations dans la politique culturelle nationale.

C’est tout d’abord lors d’un rendez-vous bilatéral que Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et premier vice-président de France urbaine, et David Lisnard, maire de Cannes et coprésident de la commission culture de France urbaine, ont pu échanger avec la ministre. Les deux élus ont rappelé les difficultés qu’ils avaient rencontrées au moment de l’application des rythmes scolaires, quand une injonction gouvernementale était venue impacter très directement les budgets des collectivités sans que ces dernières soient écoutées en amont. Ils ont annoncé craindre une nouvelle injonction concernant cette fois-ci le pass culture ou l’ouverture accrue des bibliothèques sans financement nouveau pour accompagner ces mesures nouvelles.

C’est à une première rencontre informelle que Françoise Nyssen, toute nouvelle ministre de la culture, avait convié les associations d’élus. Le format, proche de celui du conseil des collectivités pour le développement culturel (CCTDC), avait pour objectif de rencontrer les élus avec lesquels la ministre a déclaré vouloir travailler au plus près sans pour autant éventer le cadre de coopération entre l’Etat et les collectivités que vont lancer le Président de la République et le Premier ministre lundi 17 juillet 2017 avec la Conférence nationale des territoires.

France urbaine, qui était représentée pour l’occasion par son premier vice-président, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, ainsi que par les deux co-présidents de sa commission culture, Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, et David Lisnard, maire de Cannes, a pu rappeler toute l’importance qu’elle attachait à cette instance avec laquelle elle souhaite développer des outils innovants de contractualisation et d’expérimentation culturelle.

Le secrétariat du conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC) s’est à nouveau rassemblé, après plusieurs mois de latence. Ce secrétariat rassemble les permanents des associations d’élus dont les présidents rencontrent à intervalles réguliers la ministre de la Culture et de la Communication afin de partager et d’échanger sur l’actualité de la culture dans ses impacts sur les collectivités territoriales. Une séance plénière est envisagée début octobre, mais une première rencontre informelle entre la ministre et les représentants des associations d’élus devrait se tenir courant juillet.

L’arrivée de la nouvelle ministre, qui se revendique comme la « ministre des territoires », et la nomination de son cabinet, ont ainsi permis une reprise des activités du CCTDC, avec la présentation des projets portés par le ministère actuellement.

Ces trois dispositifs proposent aux élèves, de la grande section de maternelle à la terminale, de découvrir des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Ils bénéficient ainsi, grâce au travail pédagogique d'accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, d’une initiation au cinéma qui constitue les bases d’une culture cinématographique et leur permet une lecture critique de l’image.

L’association « Les enfants de cinéma » coordonne le dispositif global au niveau national, en liaison avec le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC) et le ministère de l’Education nationale. Elle a également la charge de l’évaluation de l’opération, au niveau national, ainsi que la conception, la rédaction et l'impression des documents pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves.

Le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC) a engagé une réflexion relative aux dispositifs scolaires dont il a la charge : « école au cinéma », « collège au cinéma » et « lycée au cinéma », qui existent depuis plus de vingt ans et comptent parmi les dispositifs d’éducation artistique et culturelle qui concernent le plus grand nombre de scolaires.