Act'Urbaines
09 mars 2017

Signature du Pacte d’innovation de l’Eurométropole de Strasbourg

En application du « Pacte Etat-métropoles », conclu avec le Premier ministre, alors Manuel Valls, le 6 juillet 2016 à Lyon, le Pacte métropolitain d’innovation de l’Eurométropole de Strasbourg a été signé le 27 février dernier, par le président de l’Eurométropole, Robert Herrmann et le ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet.

Le pacte strasbourgeois, dont le montant total s’élève 8,3 millions d’euros d’investissement, comprend un premier volet relatif à la reconversion industrielle.

Ce dernier bénéficiera de 5,9 millions d’euros qui seront consacrés :

- à l’éco-parc rhénan. Après la cessation d’activité de la raffinerie de Reichstett en 2011, l’Eurométropole souhaite aménager l’espace disponible pour y accueillir des entreprises. Actuellement 23 sont engagées et 8 ont déjà signés ;

- au projet « Sénerval ». Il s’agit de multiplier les sources d’énergie renouvelables par la construction d’une unité de méthanisation de déchets organiques qui viendra s’ajouter à une unité préexistante. Différentes sources énergétiques pourront ainsi être mutualisées pour alimenter, par le même réseau, plusieurs espaces.

Le deuxième volet, d’un montant de 1 million d’euros, concernera l’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau par des travaux de démantèlement et de désamiantage d’installations sur le site de l’éco-parc rhénan, ainsi que des opérations de dépollution des sols et de la nappe phréatique.

S’agissant du troisième volet, la coopération périurbaine et transfrontalière, le montant du pacte a été porté à 1,4 million d’euros afin de soutenir notamment les projets :

- de développement d’une offre de mobilité “douce“ par la réalisation d’équipements cyclables de 560 kilomètres, en interface avec les territoires ruraux ;

- d’étude de la requalification de l’autoroute A 35, afin de faire évoluer cette infrastructure vers un boulevard urbain et en permettant notamment le passage réservé sur la chaussée de l’actuelle bande d’arrêt d’urgence d’un bus à haut niveau de service.

Le Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL) financera également l’extension du dispositif « RéciproCité », favorisant le partage d’ingénierie de la métropole au bénéfice des espaces ruraux.    

Date: 
Jeudi, 9 mars, 2017