Act'Urbaines
Sport
07 juin 2018

Séminaire sport à Poitiers : une étape de plus de concertation sur la nouvelle gouvernance du sport

Depuis le début de la concertation relative à la constitution d’une nouvelle gouvernance du sport, les séminaires thématiques permettent l’émergence et l’inventaire de recommandations. Le dernier en date s’est tenu à Poitiers le 1er juin dernier, consacré aux « moyens du développement ». Au programme : le financement du sport, l’emploi, les attentes à l’égard des entreprises ou encore le bénévolat.

En matière de bénévolat, une révolution culturelle est de mise pour pouvoir relancer une dynamique qui souffre notamment de l’absence progressive de bénévoles dans les clubs sportifs, bénévoles qui allouent par ailleurs de moins en moins de temps à la vie sportive locale. Si le sport demeure encore un grand pourvoyeur de bénévoles (3,5 millions de bénévoles sur les 13 millions que l’on recense de manière globale en France), il s’agit de travailler à la valorisation du rôle et à la reconnaissance du poids du bénévolat dans l’animation du territoire.

Concernant le volet du financement et de la fiscalité, des moyens doivent être sanctuarisés pour pouvoir souscrire durablement à la diffusion du sport et à l’objectif de 80 médailles françaises aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024. France urbaine rappelle qu’il est nécessaire que le secteur économique puisse contribuer au financement du sport, notamment professionnel, de sorte que l’argent public puisse être recentré sur ses missions prioritaires (développement des pratiques et à l’accès au sport pour tous, garantir des équipements et structures sportives de proximité…). Aussi, si le mécénat a été abordé, il le sera davantage lors du dernier séminaire thématique qui se tiendra le 26 juin prochain à Caen, dont le maire, Joël Bruneau, co-présidera avec Roselyne Bienvenu, adjointe à la ville d’Angers et vice-présidente d’Angers Loire métropole en charge des sports, une prochaine commission Sport à France urbaine.

Le sport doit être davantage considéré comme un investissement que comme une charge. Les collectivités territoriales souscrivent de longue date à ce leitmotiv, lucides quant au capital social et économique que permet l’investissement dans le sport. La constitution prochaine de la future agence nationale du sport, dont les deux piliers seront le développement du sport pour tous et le soutien du sport de haut niveau, permettra aux collectivités de pérenniser leurs efforts en matière de démocratisation du sport et de premier soutien à la consécration du sport dans les territoires.

Contacts : Emmanuel Heyraud et Sébastien Tison

Date: 
Jeudi, 7 juin, 2018