Act'Urbaines
Sport
08 mars 2018

Réforme de la gouvernance du sport : vers une expression commune des associations d’élus

Depuis 2016, France urbaine et Régions de France travaillent en étroite collaboration, dans le cadre d’une commission dédiée au sport, pilotée par Jean-Paul OMEYER, vice-président de la région Grand-Est en charge du sport, en liaison avec Joël BRUNEAU, maire de Caen, président de la communauté urbaine Caen la mer et référent sport à France urbaine. Parmi les travaux menés en commun figure la signature, fin 2017, à Chambord, en présence de la ministre des sports, Laura FLESSEL et d’Olivier CARRE, maire d’Orléans, président d’Orléans métropole au nom de France urbaine, d’un protocole de recommandations communes pour une gouvernance territoriale du sport de haut niveau (voir pièce jointe), paraphé par ailleurs par le CNOSF, le ministère des sports, l’Association nationale des élus en charge du sport (ANDES) et le Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Dans le cadre de la concertation nationale lancée par le ministère début 2018 avec l’ensemble des acteurs (Mouvement sportif, associations représentatives des collectivités locales, entreprises, fédérations et ligues sportives) sur la réforme de la gouvernance du sport, qui devrait s’achever au début de l’été, avec un projet de loi Sport et société annoncé pour fin 2018, France urbaine, Régions de France et l’ANDES ont souhaité que les associations d’élus dans leur diversité se rapprochent, pour faire valoir et défendre des positions communes.

C’est dans ce cadre qu’une réunion ad hoc s’est tenue, à Paris, le 28 février avec l’AMF et l’ADF, pour essayer de dégager des convergences et faire front uni face à l’Etat. Y participaient David LAZARUS, maire de Chambly, coprésident du groupe de travail sport de l’AMF et président de la CERFRES, Jean-Paul OMEYER pour Régions de France, Marc SANCHEZ, président de l’ANDES et Roselyne BIENVENU, adjointe aux sports de la ville d’Angers, vice-présidente d’Angers Loire Métropole pour France urbaine.

L’impératif d’une gouvernance simplifiée et plus transparente des instances sportives au niveau national et local, le rôle stratégique du bloc local, des métropoles et des régions dans le financement des grandes infrastructures et des sports de haut niveau ainsi que la préparation de prochains rendez-vous internationaux importants (Coupe du monde de rugby 2023, JO Paris 2024, etc) commandent d’éviter l’éparpillement et de poser des principes fondateurs, étant entendu que les collectivités locales sont aujourd’hui les principaux contributeurs du secteur et qu’à ce titre une place particulière doit leur être reconnue.

Du reste, les participants à la réunion du 28 février se sont mis d’accord pour éviter de relancer un énième débat autour du chef de filat en matière de gouvernance sportive. Il a été ainsi choisi de privilégier les coopérations entre les différents niveaux d’administration territoriale, de manière pragmatique et en prenant en compte la diversité des configurations locales, au service des pratiques sportives accessibles au plus grand nombre et de l’excellence pour tous.

Autant de sujets qui seront abordés lors de l’atelier sport organisé le jeudi 5 avril à Dijon, de 14h30 à 16h, lors des journées nationales de France urbaine. Pour en savoir plus sur le programme, suivre le lien ci-après :  https://franceurbainedijon2018.fr

 

Date: 
Jeudi, 8 mars, 2018