Act'Urbaines
Enseignement supérieur et recherche
16 mars 2017

Les présidents d’université en colloque annuel à Reims

La Conférence des présidents d’université (CPU), présidée par Gilles Roussel, a tenu les 28 février et 1er mars 2017 son colloque annuel à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Les travaux, qui ont porté sur le thème « pensons l’université pour l’avenir », avaient pour objectif d’identifier les principaux défis actuels que l’université doit relever.

C’est ainsi que les débats ont cherché à faire émerger des positions partagées sur la diversité croissante de ses publics ou l’internationalisation des échanges, tant pour la recherche que pour les étudiants ou les enseignants-chercheurs. La structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche a été évoquée par le biais de la lisibilité et de l’efficacité des regroupements d’université, mais aussi au travers de sa gouvernance avec les acteurs territoriaux ou nationaux, dans l’idée qu’un dialogue territorial permettant la co-construction de politiques publiques était nécessaire.

La présidente de la communauté urbaine du Grand Reims, Catherine Vautrin, a regretté, à cet égard, que la coordination des politiques repose aujourd’hui sur des relations interpersonnelles, sans partage institutionnalisé, alors même que l’attractivité du territoire passe par les universités qui sont un levier du développement économique local.

L’autonomie des universités, sujet brûlant à l’heure de la nouvelle vague de dévolution du patrimoine immobilier et des difficultés financières croissantes que rencontrent les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche, a fait partie des demandes les plus pressantes de la CPU, par la voix de son président. Ce dernier a en effet demandé un assouplissement des cadres réglementaires permettant d’adapter les structurations aux spécificités des établissements et qui impliquerait un Etat « stratège mais moins prescriptif », une hausse d’un milliard d’euros par an des financements de l’enseignement supérieur et de la recherche et la possibilité de mener les recrutements pour répondre effectivement aux besoins.

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a acquiescé en rappelant que « l’autonomie ne doit jamais être un prétexte au désengagement de l’État ». Elle s’est réjouie que le paysage universitaire, fortement “balkanisé“ en 2012, se soit aujourd’hui réassemblé en complémentarité au sein des regroupements, ce qui doit permettre, selon elle, l’émergence de politiques locales de site en lien avec les collectivités.

La CPU et l’Association Régions de France, représentée par son président, Philippe Richert,  président de la région Grand Est, ont saisi l’occasion de ce colloque pour signer une convention cadre destinée à « renforcer leurs liens et à fixer de nouvelles bases de travail », à la suite des évolutions législatives des dernières années (loi « ESR » de juillet 2013, loi « Maptam » de janvier 2014 et loi « Notre » d’août 2015). Cette convention prévoit un travail commun sur les thématiques suivantes :

- la stratégie et la planification territoriale de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

- les liens avec le monde économique (apprentissage et formation continue dans le supérieur, formation tout au long de la vie, insertion professionnelle des diplômés du supérieur, innovations pédagogiques) ;

- les financements non-récurrents, tels les contrats de plan État-région (CPER), le Programme d’investissements d’avenir (PIA), les fonds européens, les fondations universitaires… ;

- la vie de campus et la dynamisation des territoires ;

- la stratégie d’internationalisation et, notamment, le soutien à l’accueil et à la mobilité des chercheurs et des étudiants ;

- la concertation et la réflexion communes pour l’évolution des prochains programmes-cadres européens ;

- la recherche, le transfert et la valorisation à travers des dispositifs tels les Sociétés d’accélération du transfert de technologies (Satt), les incubateurs et les pôles de compétitivité.

Date: 
Jeudi, 16 mars, 2017