Act'Urbaines
Cohésion sociale et politique de la ville
24 mai 2018

Pour une plus grande efficacité de l’ANRU : France urbaine auditionnée à l’Assemblée nationale

Le 17 mai, France urbaine était auditionnée à l’Assemblée nationale par Rémi Delatte et Nadia Hai, députés de Côte-d’Or et des Yvelines et membres de la commission des Finances, sur le financement et le suivi de la mise en œuvre des programmes de rénovation urbaine.
 
Aux côtés de l’AdCF, représentée par Anne Terlez, vice-présidente de l'Agglo Seine-Eure, ce sont Jean-Pierre Hurpeau, vice-président délégué à la politique de la Ville et à la rénovation urbaine de la métropole du Grand Nancy et Frédéric Viel, directeur général adjoint des services de la métropole du Grand Nancy en charge du pôle Solidarité et Habitat qui portaient la voix de France urbaine.

Après avoir rappelé l’engagement de longue date de la communauté urbaine puis de la métropole du Grand Nancy, ainsi que la solidarité qui est portée par les territoires qui la composent, Jean-Pierre Hurpeau a souligné les conditions de succès du renouvellement urbain : portage intercommunal, solidarité des communes, souplesse et fongibilité des financements, gestion urbaine de proximité, répartition équilibrée des relogements et reconstructions.

Le vice-président du Grand Nancy a ensuite souligné que si l’ANRU a bien fonctionné pendant plus de 10 ans, l’ANRU tourne aujourd’hui au ralenti depuis le lancement en 2014 du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU 2014/2024) et l’adoption d’un nouveau règlement général et financier en 2015, avec des procédures significativement alourdies et des circuits d’instruction et de validation aussi complexes et tatillons que chronophages. Il a également regretté que, malgré de nombreuses énergies déployées dans les territoires pour la préparation des protocoles de préfiguration en 2016 et 2017, peu de conventions opérationnelles sont aujourd’hui signées (à l’exception, parmi les grandes agglomérations, de Pau et Rennes).
 
Conformément au Pacte de Dijon, l’une des priorités est de simplifier la tuyauterie administrative et financière de l’ANRU, à revisiter le règlement général et financier de l’ANRU de 2015, à limiter le nombre d’études urbaines préliminaires et à lancer les chantiers programmés sans délai.

Retrouvez ici la vidéo de l’audition de la MEC sur le financement et le suivi de la mise en œuvre des programmes de rénovation urbaine.

Contacts :
Emmanuel Heyraud
Chloé Mathieu

Date: 
Jeudi, 24 mai, 2018