A la Une
Sécurité
07 décembre 2017

Police de sécurité du quotidien (PSQ) : France urbaine exprime son inquiétude

Réunis au Sénat, autour de son co-président Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, les élus en charge de la sécurité se sont retrouvés pour une séance de travail et d’échanges sur la mise en place annoncée d’une police de sécurité du quotidien. Si cette rencontre a permis d’enrichir la contribution adressée au ministère de l’Intérieur, elle fût également l’occasion d’adresser, via un communiqué de presse, un message d’alerte au Gouvernement.

En effet, France urbaine a fait le choix du dialogue avec le gouvernement tant au niveau national, avec la production d’une contribution commune, qu’au niveau local, avec leur participation aux concertations organisées dans les territoires. Les élus se sont fortement mobilisés pour produire une contribution qui s’articule autour de trois axes :

  1. Principes et conditions indispensables d’un dialogue constructif et d’un travail partenarial avec l’Etat, au bénéfice d’une politique de sécurité renouvelée ;
  2. Propositions sur la forme et sur les moyens attendus pour la PSQ ;
  3. Rappel des évolutions réglementaires et législatives souhaitées en corollaire

Pour autant, de nombreux points appellent à des clarifications urgentes du gouvernement. Avec une expérimentation prévue au 1er janvier 2018 sur une quinzaine de territoires volontaires, la PSQ suscite toujours de nombreuses interrogations de la part des élus. Les précisions attendues sur les moyens humains et les outils d’accompagnement n’ont toujours pas fait l’objet de clarifications, alors qu’il s’agit là d’un préalable indispensable à toute expérimentation et alors même que les premières réflexions présagent d’un report de charges des missions de la police nationale vers les polices municipales.

Une méthode de concertation critiquée

D’abord perçue comme une occasion unique de revoir en profondeur l’ensemble de la politique de sécurité en France, en redéfinissant clairement la gouvernance, la définition des objectifs et des moyens mis en oeuvre pour assurer, dans un esprit de co-construction et au service de l’intérêt général, une politique de sécurité renouvelée, la méthode de concertation privilégiée par le gouvernement laisse jusqu’ici un sentiment d’inachevé.

En effet, les témoignages recueillis lors de la dernière Commission sécurité laissent apparaitre des situations pour le moins hétérogènes tant en termes de formats, que d’acteurs associés. Pis, alors que le gouvernement s’était engagé à concevoir la PSQ comme un moyen de mieux tenir compte des réalités locales, certains élus ont déploré l’absence de tout dialogue au niveau local. De tels écarts laissent craindre une prise en compte inégale des préoccupations des élus locaux ;

Dans ce contexte, les élus urbains, sollicitent, à nouveau, et de toute urgence, un entretien avec le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb afin d’apporter les éclaircissements attendus.

Contacts :

Kader Makhlouf
Eloïse Foucault

Date: 
Jeudi, 7 décembre, 2017