Education
20 décembre 2016

Petite enfance, numérique éducatif, sécurisation des écoles… au menu de la commission « Education »

La commission « Education » de France urbaine s’est réunie le 7 décembre à l’Assemblée nationale, sous la présidence d’Emmanuelle Cuny, adjointe à l’éducation du maire de Bordeaux, en l’absence de Catherine Vautrin retenue à Reims. Programme chargé pour les participants, puisqu’ont été évoqués successivement le plan petite enfance lancé par Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, et l’évaluation du plan numérique lancé en 2013 par le président de la République. La commission a en outre commencé de réfléchir sur le manifeste et les thèmes qui seront abordés à l’occasion des journées de France urbaine les 23 et 24 mars prochains à Arras.

Un plan petite enfance qui ne dit pas tout

Le plan pour la petite enfance se structure principalement autour de la formation des intervenants, des conditions d’accueil des enfants et d’accompagnement des parents. Ce plan reprend l’essentiel des recommandations du rapport intitulé « développement du jeune enfant, modes d’accueil et formation des professionnels » que Sylviane Giampino, psychanalyste et psychologue de la petite enfance, a remis à la Ministre en mai dernier.

La ministre a indiqué vouloir réfléchir au renouvellement des modalités de financement des établissements d’accueil des jeunes enfants (EAJE) dans le cadre de la préparation de la Convention d’objectifs et de gestion 2018-2022 de la CNAF, en plus de la simplification des Contrats enfance jeunesse expérimentée sur certains territoires. La commission s’est inquiétée des difficultés que rencontrent les villes dans l’accueil des moins de trois ans et a souhaité porter ce point à l’ordre du jour de la prochaine commission en présence d’un représentant de la CNAF.

Le plan numérique à l’heure de l’évaluation

40% des adhérents de France urbaine ont répondu à un questionnaire sur leur mobilisation dans le cadre du plan numérique. Il en ressort qu’ils ont déployé, pour la plupart, une stratégie numérique bien avant le lancement du plan. Concernant le plan lui-même, il a principalement été utilisé sur les écoles situées en REP ou REP+, avec un équipement majoritairement fait de classes mobiles, dotées d’un accès à internet par la fibre pour éviter de devoir gérer les effets du wifi.

Mathieu Jeandron, directeur du numérique éducatif au Ministère de l’éducation nationale, est venu commenter ce questionnaire en se réjouissant de voir les communes très investies sur ce domaine très innovant.

Interrogé sur l’évaluation de l’apport de ces outils numériques sur les pratiques des enseignants, il a indiqué que la mesure de l’évaluation de l’impact, jusqu’ici travaillée par le seul biais du taux d’utilisation des ordinateurs ou des tableaux numériques, était à présent en cours d’évolution pour prendre en compte la transformation des pratiques. Le « graal », qui permettrait de mesurer les effets sur les résultats scolaires, est compliqué, car discriminer l’effet du numérique de l’effet global d’autres pratiques reste difficile.

Les élus ont regretté la concentration du dispositif sur les départements, empêchant les écoles de se lancer toutes seules. 

La sécurisation des écoles de nouveau sur le métier

La commission souhaite inviter lors de la session du 1er février les ministères concernés par la sécurisation des écoles. Il s’agirait de préciser les attendus, notamment avec un cahier des charges plus précis. Une inspection conjointe éducation nationale/ministère de l’intérieur est en cours et sera sollicitée ce jour-là.

Manifeste de France urbaine : première pistes

La réunion de la commission a été l’occasion d’échanger sur les thèmes que les élus veulent voir figurer dans le manifeste de France urbaine. Un manifeste qui, rappelons-le, serait rendu public au cours des toutes premières journées de France urbaine, en mars 2017 à Arras, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle. Les thèmes qui ont été abordés :

  • Le statut des directeurs d’école : autonomie, choix des équipes
  • Les écoles hors-contrat : ouverture et contrôle
  • Gestion des enfants en situation de handicap
  • Gestion des conseils d’école
  • La fuite des bons élèves vers le privé : comment faire en sorte que l’école publique reste attractive ? L’évolution de l’école publique à la lumière des nouveaux rythmes scolaires.
Date: 
Mardi, 20 décembre, 2016
Fichier attachéTaille
Le compte-rendu128.63 Ko