ville

Désireuse de renouveler ses méthodes de travail ainsi que les relations entre ses adhérents et ses partenaires, France urbaine lancera, le 19 septembre 2017, un cycle de travail sur le thème "Mobilité(s)".

La commission dédiée à la Politique de la ville et à la cohésion sociale, commune à France urbaine, l’Association des Maires de France et l’Association des Maires Ville & Banlieue de France, présidée par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de Toulouse Métropole, président de France urbaine, a auditionné, le 19 avril, les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle. Les thèmes abordés, contenus dans quatre questionnaires, portaient sur les principaux enjeux de la politique de la ville, le logement et la rénovation urbaine, l’éducation et l’emploi.

Les représentants des candidats étaient les suivants : Jean-Jacques Bridey, député-maire de Fresnes pour Emmanuel Macron ; Philippe Dallier, sénateur-maire de Pavillons-sous-Bois pour François Fillon ; Daniel Goldberg, député de Seine-Saint-Denis, pour Benoit Hamon ; Jeannick Le Lagadec, adjointe au maire de Champigny-sur-Marne, conseillère départementale déléguée du Val-de-Marne, pour Jean-Luc Mélenchon ; Mikaël Sala, secrétaire départemental du Front National du Val d’Oise pour Marine Le Pen.

dans 

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a fait suite à son initiative engagée lors de la semaine suivant les événements tragiques de début janvier 2015, et croisée avec le ministère chargé de la Ville, de mobiliser l’école pour les valeurs républicaines.

Un plan d’action, décliné en quatre axes et onze mesures, vient en effet concrétiser les multiples auditions qu’elle avait conduites auprès des représentants de l’Education nationale (recteurs, syndicats enseignants), des parents d’élèves, des associations étudiantes et des collectivités locales.

dans 

Les attentats de la deuxième semaine de janvier ont fait ressurgir des problématiques déjà anciennes, dont les émeutes qui avaient embrasées les banlieues à partir de Clichy-sous-Bois en octobre 2005 avaient été un épisode violent. C’est pourquoi la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a souhaité, à la suite de ces événements tragiques et de leur résonnance parfois compliquée dans les écoles, convier l’ensemble des associations d’élus - à la suite des recteurs, des organisations syndicales, des fédérations de parents d'élèves et des syndicats de lycéens, d'étudiants et de l'enseignement supérieur - pour évoquer ces problématiques dans le cadre de la Grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République.
 
La ministre, accompagnée de ses collègues Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et Myriam El Khomry, secrétaire d’Etat à la Ville, a indiqué que deux cents incidents lui avaient été signalés sur l’ensemble du territoire français. Si ce chiffre peut sembler faible face aux 64 000 établissements scolaires, elle n’a pas minimisé la fracture qui existe en France entre les affirmations laïques de la République et leur appréhension imparfaite par les Français.

dans 


                                                                   Edition précédente © Ville de Reims